Dominique Strauss-Kahn: Instaurer la bi-bancarisation est un devoir national envers les Tunisiens

Écrit par sur mars 16, 2021

Dominique Strauss-Kahn, ancien directeur général du FMI, a indiqué, lors de sa participation à l’Expresso du mardi 16 mars 2021, que la bi-bancarisation a pour objectif de canaliser les envois de fonds par des institutions financières présentes dans deux pays. Il a expliqué: » Comme vous le savez, il y a beaucoup de fonds qui transitent notamment entre les pays en voie de développement et les pays émergents, et qui ont de par le passé toujours transité de façon quelque peu compliquée. Parfois, cela se faisait en billets de banque avec des pertes importantes. Aussi, ces transferts se faisaient avec des coûts qui sont très importants même avec un opérateur leader mondial.”

L’invité d’Expresso a poursuivi que bien que le sujet paraît très technique et n’intéresse pas grand monde, en réalité, il est d’une importance capitale. “D’abord, pour les individus, car il y a un milliard de personnes qui reçoivent de l’argent de cette manière d’un membre de leur famille. Ensuite, pour les autorités nationales et internationales, parce qu’il y a un contrôle à faire sur le blanchiment d’argent ainsi que la stabilisation économique parfois entravée par ces opérations. Donc il s’agit d’un sujet à la fois technique et très populaire” a ajouté Dominique Strauss-Kahn.

Par ailleurs, l’ancien DG du FMI a indiqué que contrairement aux craintes exprimées par la Banque Mondiale, les transferts des résidents à l’étranger n’ont pas diminué dans le cadre de la crise sanitaire. Grâce à une vague de solidarité, les TRE (en ce qui concerne la Tunisie) ont envoyé plus d’argent que d’habitude. De ce fait, la bi-bancarisation serait une solution à l’organisation de ces opérations de transfert. Dominique Strauss-Kahn explique ainsi :” La bi-bancarisation consiste en le fait que les banques tunisiennes s’installent, en France par exemple, les Tunisiens y ont leurs comptes, puissent transférer directement de l’argent sur leurs comptes en Tunisie et à des faibles coûts. “

Sur un plan concret, Dominique Strauss-Kahn a indiqué que les banques concernées doivent déposer une demande administrative auprès de l’organisme de régulation et de contrôle en France, à savoir: la PCR. “Il s’agit d’une opération plus compliquée qu’elle ne le paraît et c’est pourquoi l’accompagnement d’un expert est nécessaire. Nous avons d’ailleurs accompagné depuis 2014 des pays qui ont souhaité mettre en place cette bi-bancarisation.” Et d’ajouter que cette procédure est indispensable afin que la Tunisie puisse commercialiser des produits selon la législation en place. “Il ne faut pas que la complexité de l’opération empêche son exécution car il s’agit d’un devoir national que d’installer la bi-bancarisation et rendre service aux Tunisiens. Une démarche qui est profitable à l’économie tunisienne” a souligné Dominique Strauss-Kahn.

Nadya Bchir


En ce moment

Titre

Artiste

Background