A la une

Adel Ben Youssef : Le problème en Tunisie est politique par excellence

todayavril 27, 2022

Arrière-plan
share close

Invité du plateau de l’émission Eco-Mag, le professeur universitaire Adel Ben Youssef, s’est exprimé sur les négociations avec le FMI, indiquant que la Tunisie était sur la bonne voie vu le programme de réformes recommandé par le FMI pour faire sortir la Tunisie de la crise.

Selon lui, il y avait des lignes rouges imposées par les deux parties. Le FMI a exigé du gouvernement tunisien un consensus autour de ce programme de réformes, car il serait insensé de conclure un accord sur la base d’un programme susceptible d’être modifié ou irrespecté par la suite à cause de l’instabilité au niveau du pouvoir.

Dans la même veine, il a indiqué que les négociations requièrent l’engagement d’un dialogue sociatél. Or, depuis le mois de novembre et jusqu’à présent, on n’arrive pas à cerner les traits de ce dialogue, ni celui qui va l’organiser ni ceux qui vont y participer.

L’invité de l’émission Eco-Mag a noté que le problème en Tunisie est politique par excellence et que la Tunisie s’apprête à organiser un référendum et des élections sans consensus. Au contraire, la situation s’est compliquée et va de pire en pire Ce qui explique en quelque sorte les craintes du FMI.

Des réformes douloureuses seront imposées à l’issue de la conclusion d’un accord avec le FMI

Il a souligné que la conclusion d’un accord avec le FMI va engendrer des réformes douloureuses comme la hausse des prix des carburants. Ces réformes doivent être approuvées et adoptées par tout le monde pour que les négociations avec le FMI aboutissent.

Le programme de réformes ne peut être élaboré, selon ses dires, que sur la base d’un consensus politique, ajoutant que plusieurs aspects des négociations ont changé après la guerre en Ukraine dont on ignore la fin.

La Tunisie n’est pas encore prête pour l’éventualité de la poursuite de la guerre en Ukraine

Ben Youssef a poursuivi dans le même contexte que la Tunisie n’est pas encore prête pour l’hypothèse de la poursuite de la guerre en Ukraine, s’interrogeant sur l’aptitude de la Tunisie d’aller plus loin dans ce plan de réformes.

Il n’a pas aussi écarté l’hypothèse du rejet du FMI des garanties présentées par le président de la République, puisqu’il détient tous les pouvoirs.

Il a réitéré que la conclusion d’un accord avec le FMI est indispensable, faute de quoi la Tunisie va se plonger dans l’inconnu, exprimant dans ce sens sa crainte concernant la méfiance des investisseurs tunisiens et étrangers.

L’invité du programme Eco-Mag a considéré qu’il existe de bons indicateurs. Toutefois, il faut mettre fin à ce flou politique et entamer les réformes sur la base d’un consensus sociétal.

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

Opinions

ولكم سديد النظر

Idées ramadanesques Pourquoi pas ? Pourquoi ne pas mettre à jour un Schéma National d’Aménagement du Territoire ? Un schéma qui propose un développement équilibré de nos régions, des régions compétitives face aux régions du bassin méditerranéen, solidaires entre elles, respectueuses du développement durable et où les conditions d’une vie digne et prospère sont assurée. Évidemment les technologies contribueront à l’élaboration des différents scénarios, des smart cities, de l’agilité urbaine,… […]

todayavril 27, 2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%