A la une

Ammar Dhia : Le coût de la tenue de l’Aïd al-Fitr d’un seul enfant coûte au minimum 150 dinars

todayavril 22, 2022 1

Arrière-plan
share close

Lors de son passage dans l’émission Romdhane Express, le président de l’Organisation de défense du consommateur, a indiqué ce vendredi 22 avril 2022, que la deuxième moitié du mois de Ramadan se caractérise par une dynamique commerciale et économique malgré la modestie de l’affluence des tunisiens.

Dhia a souligné que le coût de la tenue de l’Aïd al-Fitr d’un seul enfant coûte au minimum 150 dinars. Il s’est interrogé sur le sort des familles qui ont deux ou trois enfants, outre les charges de l’Aid (friandises, jouets etc..), estimant que les charges de l’Aïd avoisine les 800 dinars par famille.

L’invité de l’émission Romdhane Express a mis l’accent sur le décalage entre les classes sociales en Tunisie quoi quoi qu’elles soient toutes affectées par la crise économique, justifiant la faible affluence par la dégradation du pouvoir d’achat du tunisien.

Dhia a fait remarquer que la hausse des prix des tenues de l’Aid varie entre 15 et 20% par rapport aux prix de l’année dernière. Cette hausse affectera toutes les catégories qui n’ont pas bénéficié d’une augmentation salariale.

Il a souligné que les familles tunisiennes comptent sur l’endettement auprès des banques dans de pareilles occasions pour couvrir leurs besoins.

Amar Dhia a fait remarquer que certaines familles se lamentent de la  hausse des prix des vêtements usagés, signalant l’affluence sur le marché parallèle et les risques sanitaires des produits en provenance de ces marchés.

Le président de l’Organisation de défense du consommateur a appelé les commerçants à réduire leur marge de bénéfice et à tenir compte du pouvoir d’achat du consommateur tunisien.


A lire aussi : Faouzi Zayani : Les prix des viandes blanches sont stables mais ..

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

معز العبيدي

A la une

Moez Labidi : Il est possible que le FMI exige une restructuration de la dette de la Tunisie..

Invité de l’émission Expresso, l’expert financier Moez Labidi s’est exprimé aujourd’hui, le 22 avril 2022, sur l’état des lieux de la dette publique à  l’aune des négociations avec le FMI, soulignant que l’hésitation du FMI s’explique clairement par la fragilité de la situation démocratique en Tunisie. Selon lui, on ne vit ni sous l’égide d’un régime dictatorial capable d’imposer certaines réformes, ni dans le cadre d’un régime démocratique capable d’engager […]

todayavril 22, 2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%