A la une

Fathi Nouri : Le taux d’inflation va augmenter suite à l’envolée du cours du baril de pétrole

todaymars 2, 2022

Arrière-plan
share close

Invité du plateau de l’émission Hdith Esse3a, le professeur universitaire en sciences économiques et financières, a déclaré ce mercredi 2 mars 2022, que les prix des carburants ne peuvent  être fixés ni par le palais de Carthage, ni la Kasbah, ni l’Elysée, ni la Maison Blanche. Ces prix sont soumis au marché international et le cours de l’offre et de la demande, outre le facteur géopolitique.

Étant un pays importateur des énergies aux prix internationaux, la Tunisie importe 68% de ses besoins en carburant de l’étranger.

L’Etat subventionne les carburants et les bouteilles de gaz.

Selon lui, l’Etat importe la bouteille de gaz à 23 dinars et la revend au tunisien à 7 dinars. Ce qui est également le cas des produits pétroliers. En effet, le litre de pétrole est importé à 1492, revendu à la société tunisienne des industries de raffinage à 1149 millimes. L’Etat prend ainsi en charge 343 millimes puisque le litre est vendu à 2200 millimes toutes taxes comprises au citoyen. Cela montre que l’Etat subventionne effectivement le carburant et les bouteilles de gaz.

Malheureusement, on n’a pas une structure politique permanente chargée de la gestion du secteur des énergies

Fathi Nouri a appelé à revoir la structure du système des énergies en Tunisie, regrettant qu’il n’existe pas une structure permanente chargée de la gestion de ce secteur. La révision de ce système requiert, selon lui, beaucoup de temps. 

La rente pétrolière qu’avait confrontée la Tunisie pendant les années 80 et 90 a régressé dans la mesure où le coût d’importation de l’énergie a atteint 7,7 milliards de dinars dans les années 2018 et 2019, et ce parallèlement avec le blocage des activités de raffinage.

L’invité de l’émission Hdith Esse3a a souligné que la crise du secteur énergétique est aussi due à la baisse des investissements étrangers malgré la légère amélioration récente de la production locale.

D’après ses dires, tous les pays du monde ont précédé à la régulation des prix locaux et le cas échéant à les augmenter. Il a noté que certains pays ont choisi de donner des bons d’achat de carburant aux familles et aux classes sociales qui ont besoin de subventions comme c’est le cas de la France.

Une flambée du taux d’inflation à la suite de la hausse du prix des carburants

La Tunisie ne sera pas à l’abri de la hausse des prix des carburants qui va agir sur le taux d’inflation et le taux d’intérêt. De même, le système des prix doit être revu en Tunisie pour pouvoir diminuer le coût de subvention. D’ailleurs, c’est ce que recommande le Fonds monétaire international (FMI).

“Du moment que le baril de Brent a dépassé les 110 dollars, on ne peut pas s’attendre à ce que l’Etat tunisien revoie  en  baisse ou maintienne inchangés les prix des carburants”, a-t-il dit.


A lire aussi : Mahmoud El May : Le prix du baril de pétrole pourrait atteindre 300 dollars d’ici un mois!

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

A la une

Liquidation de la BFT : L’indemnisation des déposants sera assurée dans les vingt jours ouvrables à compter du 28 Février 2022

Dans un communiqué rendu public, le Fonds de Garantie des Dépôts Bancaires (FGDB)  porte à la connaissance des déposants de la dite banque que leurs dépôts éligibles  sont couverts par la garantie du Fonds conformément aux dispositions de la loi n°2016-48 du 11 Juillet 2016 relative aux banques et aux établissements financiers et au décret gouvernemental n°2017-268 du 1er février 2017 ,  relatif  à  la  fixation des règles d'intervention, d'organisation […]

todaymars 2, 2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%