A la une

Hichem Ajbouni : Peu de mesures sociales dans la loi de finances 2022..

today30 décembre 2021

Arrière-plan
share close

Hichem Ajbouni, député au Parlement gelé et dirigeant du Courant démocratique, a affirmé qu’il convient d’initier un plan de réformes et que le retard dans la réalisation de ces réformes aura des conséquences néfastes sur l’économie nationale.

Lors de sa présence dans l’émission Hdith Esse3a, Ajbouni a fait remarquer que la loi de finances 2022 n’a pas été élaborée sur la base d’un plan de développement et ne s’inscrit pas dans une politique de relance économique,  et d’incitation à l’investissement.

Il convient maintenant de préparer la loi de finances rectificatives

L’accent a été également mis sur le discours du président Saied et de la ministre des finances, Sihem Boughdiri, faisant allusion aux circonstances et aux contraintes ayant marqué l’élaboration  de la loi de finances.

La situation économique et sociale va s’aggraver davantage en Tunisie, selon Ajbouni, surtout après la promulgation de la loi de finances, qui cadre mal avec les enjeux de l’heure. Et d’ajouter que la valeur des lignes de crédit mises en place au profit des PME est très faible.

Le taux de chômage est alarmant et effrayant!

L’invité de Walid Ben Rhouma a ajouté que le taux de chômage dépasse les 40% chez les jeunes âgés entre 18 et 25 ans et que le nombre de chômeurs a atteint 782 mille personnes. Ces chiffres sont effrayants et alarmants, particulièrement avec la hausse de l’analphabétisme numérique.

“Les mesures sociales ne sont pas à la hauteur des attentes du peuple tunisien et il n’est pas possible de parler de l’économique sans le social”, a-t-il martelé, ajoutant que c’est la première fois dans l’histoire de la Tunisie que l’Etat ne parvient pas à clore le budget avant la fin de l’année et qu’on entame ce Nouvel An sans visions ni stratégies.

Les mesures fiscales appliquées les sociétés de commerce international va nuire au secteur

D’après Ajbouni, les mesures fiscales ne doivent pas engendrer des effets qui nuisent à l’efficacité économique, considérant que la suspension du régime suspensif en matière de TVA pour les sociétés de commerce international et les entreprises totalement exportatrices, est une mesure qui impactera leur capacité d’exportation. 

“Au lieu de faire face aux évadeurs fiscaux, le gouvernement a choisi d’opter pour cette mesure qui ne fait qu’exercer une pression sur l’administration”, a-t-il souligné.

Le décret-loi  portant sur la loi de finances 2022, un décret-loi divin ..

Ajbouni a rappelé qu’aucun recours n’est possible contre le décret-loi n°21 du 28 décembre 2021, portant sur la loi de finances 2022, soulignant que la balance économique et le plan de développement ne sont pas encore clairs, en attendant la publication des rapports détaillés relatifs aux déclarations fiscales et la dette des entreprises publiques.

Et de poursuivre que ces documents sont importants et que certains documents doivent être présentés par les contribuables avant le 31 décembre.

Le budget de la santé a baissé de 618 millions de dinars

Le budget du ministère de la santé a baissé de 618 millions de dinars en 2022 par rapport à 2021, et la réduction du nombre de personnel de 7882 agents.

L’invité de l’émission Hdith Esse3a a ajouté que la situation des hôpitaux publics dans certaines régions ne respecte pas la dignité de l’Homme, comme c’est le cas de l’hôpital de Gafsa, critiquant dans ce sens la dégradation de la qualité des services publics en Tunisie.

A lire aussi : Anis Ben Abdellah : La loi de finances 2022 n’a pas prévu de mesures incitatives à l’investissement

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

A la une

Anis Ben Abdellah : La loi de finances 2022 n’a pas prévu de mesures incitatives à l’investissement

L’expert comptable, Anis Ben Abdellah, a fait remarquer aujourd’hui, le 29 décembre 2021, que la loi de finances 2022 n’a pas prévu assez de mesures incitatives à l’investissement, mettant l’accent sur la pertinence de la mesure relative à la hausse des parts de vente sur le marché local de 30% à 50% du chiffre d’affaires des entreprises totalement exportatrices. Invité de l’émission Eco-Mag, Ben Abdellah a estimé que l’autorisation des […]

today29 décembre 2021

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%