A la une

Hssouna Nasfi : Le paysage politique est assez obscur et insupportable en Tunisie

today7 janvier 2022

Arrière-plan
share close

Au micro de Walid Ben Rhouma, l’activiste politique Hssouna Nasfi a fait savoir que sa décision de quitter la vie politique est loin d’être une décision hâtive ou circonstancielle. Il a expliqué que cela est le résultat des expériences et des déceptions qu’il avait vécues au cours de ces dernières années.

Lors de sa présence dans l’émission Hdith Esse3a, Nasfi a ajouté qu’il a eu tort de s’adresser à des personnes qui ne croient pas aux valeurs universelles et s’intéressent peu à l’éthique sur le plan juridique et politique.

“Le paysage politique est assez obscur, venimeux, et insupportable. Je vais quitter la vie politique pour ces raisons”, a-t-il déploré.

Nasfi a accusé des hauts responsables de mentir, ajoutant qu’il ne peut plus impliquer son parti et son bloc parlementaire et leur faire subir le poids de ses positions et déclarations.

Et d’ajouter : “ Je ne crois plus à ce qui se passe en Tunisie avant et après le 25 juillet”.

Selon ses dires, le président Saied jette le pays dans l’inconnu par son discours et ses décisions qui sont loin d’être  rationnelles ou convaincantes.

Face à ce populisme émergent, il faut adopter un discours rationnel et rassembleur, loin des divergences et des tensions politiques. Malheureusement, les partis politiques ne cherchent pas à trouver un consensus, en dépit de leurs points de convergence. Ils ne veulent ni renoncer, ni apprendre de leurs erreurs.

Et de poursuivre que la situation va s’empirer davantage après les élections législatives anticipées, dans la mesure où les partis politiques au pouvoir ne seront plus prêts à dialoguer.

“Une véritable dictature à l’horizon.. “, a-t-il regretté.

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

A la une

Ahmed Idriss : Il est possible de répondre par l’affirmative à la plupart des questions de la consultation nationale électronique

Invité du plateau de l’émission Expresso du 7 janvier 2022, Ahmed Idriss, directeur de l’école politique de Tunis, a exprimé ses craintes quant à l’indépendance et la neutralité de la commission chargée de la rédaction des résultats de la consultation nationale électronique, ainsi que l’organisation d’un référendum  sur une nouvelle Constitution et de nouvelles lois dont on ignore la teneur. Des problèmes techniques à l'origine du retard dans le lancement […]

today7 janvier 2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%