A la une

Ben Mbarek : Le président Saied se prend pour l’Etat, le peuple tunisien et la loi!

today03/03/2022

Arrière-plan
share close

Invité du plateau de l’émission Hdith Esse3a, Jaouher Ben Mbarek, membre du Comité exécutif de l’initiative “Citoyens contre le coup d’Etat”, a considéré ce jeudi 3 mars 2022, que le président de la République, Kais Saied a illusionné les tunisiens qu’il a mené une guerre contre la corruption, notant que ceux qui échouent accusent un système secret pour couvrir leur échec.

“Le plus grand nombre de corrompus et des lobbies est dans l’entourage de Saied”, a-t-il déclaré. Selon lui, la corruption a envahi tous les secteurs à cause de la faiblesse de l’Etat et que toute une machine produise la corruption et que l’impunité encourage tous les dépassements.

L’invité du programme Hdith Esse3a a indiqué que la popularité de Saied a reculé après une popularité “pharaonique”, en août dernier, ajoutant que Saied est politiquement isolé aussi bien en Tunisie qu’à l’étranger. Il a évoqué, sur un autre plan, les crises que traverse la Tunisie citant entre autres le retard pris dans le versement des salaires et la pénurie des médicaments et des produits de base.

“Le peuple tunisien s’est réveillé”, a assuré Ben Mbarek.

La consultation nationale a échoué

Quoiqu’il détienne tous les pouvoirs, le président Saied n’a rien réalisé au cours de ces 8 derniers, d’après notre invité, ajoutant que la moyenne de règne des gouvernements en Tunisie ne dépasse pas les 8 mois.

“Le contrat politique est rompu et le président règne sans Constitution. L’absence de Constitution laisse penser que le président légifère à sa guise et qu’il est le seul décideur dans le pays”, a-t-il fait remarquer.

Dans la même veine, il a ajouté que la consultation nationale a échoué et qu’elle a été presque boycottée. En effet, les gens n’ont trouvé aucun gage de crédibilité . C’est pourquoi ils n’ont pas participé à cette consultation.

Le membre du Comité exécutif de l’initiative “Citoyens contre le coup d’Etat”, a exprimé sa crainte au sujet de l’absence de statistiques par l’Institut nationale de la statistique, estimant que les autorités ont exercé une pression sur l’institut pour fausser l’opinion publique et recourir à des méthodologies non reconnues. Ce qui a poussé le directeur de l’Institut à démissionner.

Le président Saied se prend pour l’Etat, le peuple et la loi

L’invité de l’émission Hdith Esse3a se prend pour l’Etat, le peuple et la loi, soulignant qu’il a détourné le processus constitutionnel et l’a remplacé par un autre partant de la consultation nationale, allant aux élections et passant par le référendum, suivant un programme politiquement rejeté, outre le fait qu’il n’a pas été choisi par le peuple tunisien.

“Le pays est sans gouvernement au vrai sens du terme, car le gouvernement actuel est dépourvu de toutes prérogatives et le président de la République détient tous les pouvoirs”, a réaffirmé Ben Mbarek.

Il a ajouté, dans ce sens, que le président Saied a échoué dans la mise en place du Conseil supérieur provisoire de la magistrature après la dissolution de l’ancien CSM élu.

Et de poursuivre que Saied a désertifié la scène institutionnelle en Tunisie.

Kilani est un prisonnier politique, un prisonnier d’opinion

Ben Mbarek a exprimé son soutien à l’ancien bâtonnier Abderrazak Kilani, suite à l’émission d’un mandat de dépôt à son encontre. Il a réitéré son refus à la poursuite des civils devant les tribunaux militaires pour des infractions de droit commun, considérant que cela est injuste.

Kilani a été arrêté pour sa participation aux manifestations de “Citoyens contre le coup d’Etat”, et non pas à cause de son discours adressé aux agents de sécurité.

Et d’ajouter que l’ancien bâtonnier Kilani est un prisonnier d’opinion, un prisonnier politique, comme tous les autres prisonniers qui ont été condamnés pour avoir écrit un statut sur les réseaux sociaux.

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

A la une

Samir Kraba : Un Etat qui se respecte n’imprime pas ses livres scolaires à l’étranger!

Le président de la Chambre syndicale nationale des fabricants des livres scolaires relevant de l’UTICA, Samir Kraba, a indiqué que les chiffres présentés par le ministre de l’éducation en se basant sur les données du Centre national pédagogique ne sont pas fiables. Lors de son passage dans l’émission Smart-Conso, il a nié les informations relayées par les médias concernant la subvention des livres scolaires, affirmant qu’ils n’ont réclamé aucune subvention […]

today03/03/2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%