A la une

Moez Labidi : Il est possible que le FMI exige une restructuration de la dette de la Tunisie..

todayavril 22, 2022

Arrière-plan
share close

Invité de l’émission Expresso, l’expert financier Moez Labidi s’est exprimé aujourd’hui, le 22 avril 2022, sur l’état des lieux de la dette publique à  l’aune des négociations avec le FMI, soulignant que l’hésitation du FMI s’explique clairement par la fragilité de la situation démocratique en Tunisie.

Selon lui, on ne vit ni sous l’égide d’un régime dictatorial capable d’imposer certaines réformes, ni dans le cadre d’un régime démocratique capable d’engager les réformes recommandées et les respecter.

“Le FMI a besoin de garanties concernant la mise en oeuvre des réformes proposées par la Tunisie”, a-t-il affirmé.

Au sujet de la hausse de l’inflation, il a indiqué que les investissements chutent dans les pays qui connaissent une envolée de l’inflation et une baisse de l’épargne des ménages et les acquisitions foncières.

Et d’ajouter qu’on ne peut pas miser sur les réserves en devises de la Tunisie qui ne cessent de dégringoler.

Il est possible que le FMI exige une restructuration de la dette..

Commentant les déclarations de la directrice du FMI, Kristalina Georgieva, sur l’avancement des pourparlers avec les représentants de la Tunisie, de l’Egypte et du Sri Lanka, il a considéré que la Tunisie  jouit de la confiance du FMI  vu qu’elle n’a pas jusqu’à présent eu recours à la structuration de ses dettes.

Les dettes  de la Tunisie auprès des bailleurs de fonds sont indiscutables et doivent être remboursées à terme. Quant aux prêts bilatéraux accordés par les pays voisins et amis, ils peuvent faire l’objet de négociation et cela relève du rôle de la diplomatie économique.

“Le FMI peut imposer à la Tunisie la restructuration de ses dettes comme condition pour la conclusion de l’accord. Cette éventualité pourrait résoudre toutes les difficultés financières que traversent la Tunisie et ouvrir les portes de l’endettement extérieur”, explique Labidi.

Et de poursuivre : “En revanche, cette voie requiert une forte volonté politique pour relancer l’économie tunisienne en accélérant la transition énergétique afin de réduire les importations des hydrocarbures. Les solutions de facilité pour fournir les ressources financières sans s’engager à mettre en place de véritables réformes ne ne sauvera pas du marécage de la dette”.

La justice fiscale, notre planche de salut .. 

Le professeur Labidi a également mis l’accent sur l’importance d’une forte volonté politique et d’une vision claire sur le processus des réformes et sur leur pertinence pour qu’elles touchent des secteurs stratégiques pour relancer l’économie nationale.

“L’instauration d’une justice fiscale est la voie pour réussir les réformes afin de regagner la confiance des tunisiens qui seront prêts à faire des sacrifices”, a-t-il recommandé.

A lire aussi : Moez Labidi : La crise de la dette se creuse à mesure que l’Etat s’endette sans engager des réformes économiques

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

A la une

Moez Labidi : La crise de la dette se creuse à mesure que l’Etat s’endette sans engager des réformes économiques

Le professeur en sciences économiques et expert financier, Moez Abidi, a déclaré ce vendredi 22 avril 2022, que l’endettement n’est pas un problème dans l’absolu. Ce qui importe, c’est la raison de cet endettement surtout si les crédits seront affectés pour combler un déficit ou rembourser des dettes antérieures. Lors de sa présence dans l’émission Expresso, Moez Labidi a affirmé que plusieurs Etats traversent des crises financières aiguës à cause […]

todayavril 22, 2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%