A la une

Moez Labidi : Le taux d’inflation est tributaire des prochaines réformes et politiques économiques

todayseptembre 3, 2021

Arrière-plan
share close

L’expert en économie, Moez Labidi, a déclaré que le taux d’inflation dépend  des politiques économiques et des réformes potentielles, rappelant que la nomination d’un chef du gouvernement capable de gérer la situation économique et à éviter le refinancement du budget de l’Etat à travers la création monétaire, pourront nous épargner un scénario financier chaotique.

Lors de son passage dans l’émission Expresso, Moez Labidi a exprimé son inquiétude quant à l’augmentation du taux d’inflation, qui va engendrer une hausse des prix des matières premières, et une augmentation des coûts de production et des coûts de subvention assumés par la finance publique.

Il a salué le rôle de la Banque Centrale qui a pu maîtriser le taux d’inflation, un taux qui ne dépasserait pas, selon ses prévisions, 6.4% pour le mois de juillet 2021, notant que la BCT prévoit que ce taux serait près de 5.6% pour l’année 2021.

L’accent a été mis également sur le sort inconnu du budget de 2022 et sur l’éventualité d’entamer des réformes économiques et leur impact sur les opportunités de financement par les bailleurs de fonds internationaux. Il a souligné qu’à défaut de ces réformes, il est peu probable que la Tunisien puisse en bénéficier, ce qui va impacter les réserves en devise et le cours de change du dinars, engendrant par conséquent une nouvelle hausse du taux d’inflation.

L’invité de l’émission Expresso a indiqué que le refinancement du budget de l’Etat à travers la planche à billets aura des conséquences néfastes en 2022 et 2023.

Moez Labidi a dit, dans un autre contexte, que la lutte contre la monopolisation et la spéculation sera de nature à ralentir et limiter l’augmentation des prix, soulignant que cela doit être dans un système structuré, et non pas  à travers la fixation des prix et des marges de bénéfices, des mesures qui auront des répercussions néfastes sur le tissu économique.

Et de poursuivre que le populisme ne peut engendrer qu’une inflation excessive, appelant les responsables à mettre en place une vision claire du budget de 2022 et de trouver des solutions appropriées pour clôturer celui de 2021.

Écrit par: Islam


Article précédent

A la une

Faouzi Charfi : Le président Saied est un phénomène populiste et l’élaboration d’une feuille de route s’impose

Faouzi Charfi, le secrétaire général du parti Al Massar, a déclaré ce vendredi 3 septembre 2021, que le président de la République représente une certaine incarnation du populisme politique, appelant à mettre en place une feuille de route impliquant tous les acteurs sur la scène sociale et politique et de passer le relais aux jeunes tunisiens. Au micro de Walid Ben Rhouma, Faouzi Charfi a indiqué que les mouvements populistes […]

todayseptembre 3, 2021

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%