A la une

Moneim Taieb : L’année 2022 sera difficile pour le secteur privé et les entreprises tunisiennes sinistrées

todaydécembre 20, 2021

Arrière-plan
share close

Invité de l’émission Expresso du 20 décembre 2021, le président de l’Association tunisienne des jeunes experts comptables, Moneim Taieb, s’est exprimé; ce lundi 20 décembre 2021,  sur la loi de finances 2022, indiquant qu’il s’agit bien d’une première dans l’histoire de la Tunisie puisque, jusqu’à aujourd’hui, cette loi n’a pas été publiée et il n’y a que des documents fuitées et relayés par les réseaux sociaux.

“Les investisseurs et les sociétés tunisiennes attendent encore la publication de cette loi pour qu’ils puissent finaliser leurs plans d’affaires”, a-t-il dit, rappelant qu’il n’est pas possible d’élaborer une loi de finances sans avoir préalablement fixé des objectifs bien déterminés.

Un plan de réforme économique participatif

D’après l’invité de Wassim Belarbi, la mise en place d’un plan de réforme participatif s’impose aujourd’hui, surtout après la crise sanitaire, espérant que tout le monde serait impliqué dans l’élaboration de ce programme et particulièrement les jeunes experts comptables.

L’accent a été également mis sur l’altération de l’image de la Tunisie d’aujourd’hui, étant un pays au bord de la faillite, notant qu’il est nécessaire de créer de la richesse pour rafraichir les caisses de l’Etat.

Selon lui, l’absence d’un modèle de développement économique reste inquiétante, puisqu’on ne peut pas avancer sans suivre un modèle économique clair.

Pour attirer les investisseurs et assainir le climat des affaires,  le président de l’Association tunisienne des jeunes experts comptables a souligné qu’il convient d’améliorer la qualité des services administratifs à travers, notamment, la numérisation.

“L’année prochaine sera difficile pour le secteur privé et les entreprises tunisiennes. Il faut penser à clarifier la vision et à mettre en place un plan de réforme économique stratégique”, a-t-il recommandé.

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

A la une

Taoufik Rajhi : La privatisation des entreprises publiques n’a généré que 6 milliards de dinars tunisiens

L’ancien ministre chargé des grandes réformes, Taoufik Rajhi a révélé, ce samedi 18 décembre 2021, que tous les gouvernements n’ont pas voulu aborder le dossier des grandes réformes, étant un sujet sensible et polémique.  Lors de sa présence dans l’émission Ligne Rouge, Rajhi a affirmé que les tiraillements politiques et la course vers le pouvoir ont entravé le traitement de ces dossiers. La privatisation des entreprises publiques n’a généré que […]

todaydécembre 18, 2021

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%