A la une

Slaheddine Jourchi : Les rapports internationaux présagent l’aggravation de la crise politique et la montée des tensions en Tunisie

todayjanvier 28, 2022

Arrière-plan
share close

Invité du plateau de l’émission Expresso du 28 janvier 2022, l’analyste politique, Slaheddine Jourchi, a estimé qu’il aurait été possible de célébrer le huitième anniversaire de la Constitution tunisienne du 27 janvier 2014, considérant qu’aujourd’hui, certains tentent de rattacher la Constitution au Mouvement Ennahdha.

Selon Jourchi, le président Saied est en train de soutenir le chef du Mouvement Ennahdha, croyant qui est en train de l’affaiblir. Dans le même sens, les députés sont en état de légitime défense pour défendre le Parlement et leur situation juridique.

Pour sortir de cette crise, il faut avoir une forte opposition et qui a un poids politique et populaire. Il faut unir les rangs, selon Jourchi, et ne pas se réfugier au mouvement Ennahdha, le plus grand parti en Tunisie. Au fait, il faut que l’opposition soit puissante et puisse faire face aux autres poids politiques.

“Tous les rapports publiés par les organisations internationales présagent l’aggravation de la crise et la montée des tensions en Tunisie”, a-t-il averti.


L’invité de l’émission Expresso a ajouté que le président Saied s’est isolé, notamment après la démission de sa cheffe de cabinet, Nadia Akacha, soulignant que la dévoilement précoce des résultats de la consultation est susceptible de semer le doute chez l’opinion publique concernant les issues de cette consultation.

Et d’ajouter que le discours du président Saied s’inscrit dans la même lignée de répartition tunisiens entre opposants et supporters.

Jourchi a également évoqué l’interventionnisme de l’ancienne cheffe du cabinet de Saied dans la nomination de 6 hauts cadres du ministère de l’intérieur révèle l’existence de gros problèmes stratégiques, soulignant que le ministère de l’intérieur est assez stratégique pour qu’il fasse l’objet de conflits et de frictions politiques, dans la mesure où il pourra mettre en péril la sécurité nationale.

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

A la une

Bassem Neifer : Rien ne garantit que la Tunisie sera capable de conclure un accord avec le FMI

Lors de son passage dans l’émission Eco-Mag du 27 janvier 2022, l’analyste financier, Bassem Neifer, a fait savoir que les besoins financiers en Tunisie dépassent les 8 milliards de dinars. Il a ajouté que les ressources de l’Etat en 2022 ne sont pas encore claires,sachant que les ressources d’emprunt pour le budget sont estimées à 12,6 milliards de dinars et soulignant qu’une grande partie de ces ressources seront assurées par […]

todayjanvier 27, 2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%