A la une

Riadh Chaïbi : Si le Mouvement Ennahdha s’était fermement opposé aux mesures du 25 juillet, ses sièges et bureaux n’auraient pas été saccagés et incendiés

today15 novembre 2021

Arrière-plan
share close

Au micro de Walid Ben Rhouma, le conseiller politique du président du Mouvement Ennahdha, Riadh Chaïbi, a déclaré que la manifestation du 14 novembre, organisée par la coalition “Des citoyens contre le coup d’Etat’’ vise à réactiver l’application de la Constitution et la suspension des mesures exceptionnelles annoncées par le président Saied le 25 juillet, ainsi que le décret n° 117 du 22 septembre 2021.

Il a indiqué que le mouvement Ennahdha a participé à ce mouvement protestataire, soulignant que la présence du mouvement Ennahdha le 14 novembre reflète sa représentativité dans la société tunisienne. Le conseiller de Rached Ghanouchi a ajouté que d’autres partis et activistes ont participé à cette manifestation à côté des bases du mouvement Ennahdha.

Interrogé sur la régression de la popularité d’Ennahdha, il a expliqué que le Mouvement Ennahdha a opté pour des choix et des orientations qui ne faisaient pas l’objet de l’unanimité de ses membres, considérant que ces décisions étaient dans l’intérêt national, et ajoutant qu’Ennahdha a payé le prix de sa participation aux gouvernements précédents. 

Si Ennahdha avait opté pour une autre approche visant à satisfaire tout le monde, il aurait pu être un parti populiste. Sauf qu’il a suivi d’autres voies en allant jusqu’à s’opposer à l’opinion publique, l’ayant auparavant soutenu.

Au sujet de la démission des dizaines de dirigeants du Mouvement, il a dit qu’ils ont fait leur choix et le Mouvement respecte leur décision, rappelant qu’au sein des partis politiques, c’est le vote qui fait foi et non pas le dialogue. En effet, ces démissionnaires représentent une minorité au sein de la Choura et au bureau exécutif. “Ennadha est responsable en partie de ces démissions dans la mesure où le mouvement n’a pas pu prendre en considération leur optique dans les orientations politiques du parti”, a-t-il affirmé.

Et d’ajouter que le Mouvement Ennahdha a publié un communiqué pour dénoncer les dépassements commis, lors de la manifestation du 14 novembre 2021, touchant les bases d’Ennahdha et les manifestants dès les premiers mètre de la manifestation, à travers le blocage et la fermeture des voies routières et les autres dépassements allant jusqu’à l’exercice de la violence verbale et physique.

Selon lui, la participation massive des citoyens dans la manifestation du 14 novembre reflète la véritable volonté du peuple, s’opposant à la politique abusive et la violation des droits et libertés, espérant que le président de la République prendra conscience de la dangerosité du virage qu’avait pris le pays et renoncer aux mesures putschistes.

L’invité de l’émission Hdith Esse3a a indiqué que si le Mouvement Ennahdha et le gouvernement de Mechichi s’étaient fermement opposés aux mesures du 25 juillet et avaient fait face aux citoyens, les sièges des partis n’auraient pas pu être incendiés. Evidemment, le Mouvement a agi sagement et a fait prévaloir l’intérêt du pays.

 D’ailleurs, il a expliqué qu’Ennahdha n’a soutenu le gouvernement de Youssef Chahed et celui de Hichem Méchichi afin d’épargner au pays une situation absurde et veiller sur la stabilité du pays, ajoutant que la stabilité politique est la seule voie pour sauver le pays. 

Et de poursuivre que plusieurs légendes et intox ont été relayés en vue de discréditer Rached Ghanouchi et avorter la transition démocratique, soulignant que le Mouvement Ennahdha espère encore pouvoir engager un dialogue sérieux et fructueux avec le président Saied. Sauf que ce dernier est imperméable, selon l’invité de l’émission Hdith Esse3a, aux bonnes intentions du Mouvement et à l’appel au dialogue lancé par la société civile et les partis politiques.

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

A la une

Farouk Bouaskar : L’ISIE est prête à tous les défis électoraux, programmés et anticipés.

Le vice-président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), Farouk Bouaskar, a déclaré aujourd'hui, le 15 novembre 2021, que le taux de participation aux élections législatives et présidentielles a baissé entre 2011 et 2019 et que ce taux a atteint 84% le 23 octobre 2011, et ce, lors des élections des constituantes tunisiennes. Lors de son passage dans l’émission Expresso, Bouaskar a fait savoir que l’ISIE oeuvre pour le […]

today15 novembre 2021

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%