A la une

Jourchi : Quelle sera l’issue du programme élaboré sur la base des résultats de la consultation en l’absence de financement?

todayjanvier 20, 2022

Arrière-plan
share close

Lors de son intervention dans l’émission Expresso du 20 janvier 2022,l’analyste politique, Slaheddine  Jourchi, s’est exprimé sur la participation des tunisiens à la consultation nationale électronique, indiquant que le taux de participation s’est amélioré depuis le démarrage de la consultation, selon les chiffres officiels.

Il a fait savoir que les questions de la consultation nationale électronique ont été modifiées et qu’un travail de classification des questions selon les thématiques proposées se poursuit. Ce qui pourrait poser des problèmes techniques.

Il a considéré que l’issue de cette consultation n’est pas claire, s’interrogeant dans ce cadre sur la prise en considération des réponses des tunisiens dans l’élaboration d’un programme économique, social et politique et sur son applicabilité.

Quelle sera l’issue de la consultation nationale électronique ?

D’après Jourchi, l’impact du programme qui sera élaboré sur la base de la consultation électronique sera limité à défaut de financement. Aujourd’hui, la crise économique est le plus grand défi qui menace la sécurité nationale. L’invité de l’émission Expresso a également mis l’accent sur le décalage entre les vrais  problèmes des tunisiens et les questions de la consultation.

Saied a l’intention de dissoudre le Conseil supérieur de la Magistrature.

Commentant le décret présidentiel mettant fin aux primes et privilèges accordés aux membres du Conseil supérieur de la Magistrature, Slaheddine Jourchi a dit qu’il aurait aimé que le président Saied ne ratifie pas ce décret, dans la mesure où il porte atteinte au système judiciaire.

Il a signalé que le président Saied exerce une pression sur le Conseil supérieur de la magistrature et qu’il a choisi de mener une guerre contre le pouvoir judiciaire au détriment de la justice et de la stabilité.

“Le prochain pas, sera la dissolution du Conseil supérieur de la magistrature. Ça serait une guerre malsaine. Ce décret présidentiel, c’est un châtiment infligé au CSM”, a-t-il déclaré.

Il a ajouté que ce décret dévalorise le Conseil supérieur de la magistrature et présage sa dissolution définitive.

Et de poursuivre que le Conseil supérieur de la magistrature est un acquis très important pour les magistrats et symbole de l’indépendance du pouvoir judiciaire.

Il est à rappeler que la présidence de la République a annoncé, dans un communiqué rendu public hier, mercredi 19 janvier 2022, que le président Saied a signé un décret présidentiel portant modification de la loi organique n°2016-34 du 28 avril 2016 relative au Conseil supérieur de la magistrature stipulant l’annulation des privilèges accordés aux membres du Conseil. La présidence de la République a précisé, dans le même communiqué, que ces avantages en question consistent en une prime mensuelle estimée à 2364 dinars en plus de 400 litres de carburant.

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

Communiqués

KIND REMINDER: Communiqué de presse: Bridging the Sea : une recherche sur la société civile méditerranéenne² (programme Dialogue Méditerranéen pour les Droits et l’Égalité)

La société civile est un partenaire incontournable dans la construction d’une paix durable et d’une démocratie solide dans les pays de la rive sud de la Méditerranée. L’Union Européenne a, en ce sens, mis en place une multitude d’initiatives visant à renforcer le rôle de la société civile et à garantir la prise en considération de ses préoccupations dans les relations entre pays méditerranées.   Grâce à une panoplie de programme mis en place dans ce contexte, L’Union Européenne n’a […]

todayjanvier 18, 2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%