A la une

Youssef Cherif : Diplomatiquement, la Tunisie était dans une situation beaucoup plus confortable avant le 25 juillet.

today23 novembre 2021

Arrière-plan
share close

Le chercheur en relations internationales et analyste politique, Youssef Cherif, s’est exprimé aujourd’hui, le 23 novembre 2021, lors de sa présence dans l’émission Expresso, sur le dernier entretien téléphonique  entre le président Saied et le secrétaire d’Etat américain aux affaires étrangères, indiquant que les communiqués de la présidence de la République tunisienne et du ministère des affaires étrangères américain  sont quasiment identiques, même si le communiqué de la présidence tunisienne semble en l’apparence, un peu plus long et détaillé.

Au niveau du contenu, la position américain n’a pas changé et les Etats Unis font encore appel à la reprise du processus démocratique, à la mise en place d’une feuille de route claire et la limitation dans le temps des mesures exceptionnelles, ajoutant que les visites officielles américaines de haut niveau en Tunisie sont devenues presque mensuelles. Ce qui révèle l’importance de la situation en Tunisie pour les américains.

Il a indiqué que les Etats Unis soutiendront le processus démocratique tunisien sans pour autant dévoiler le montant des aides allouées à la Tunisie, notant que nous avons tant besoin de ces aides à cause de la crise des finances publiques. D’ailleurs, tant que les Etas-Unis n’ont pas déclaré ces aides, cela signifie qu’ils attendent encore l’élaboration d’une feuille de route claire. Et d’ajouter que le Congrès américain a appelé son ambassade de lui présenter un rapport détaillé portant sur les motifs à l’appui de l’accord de ces aides à la Tunisie, en raison des doutes qui entourent les événements et les mesures du 25 juillet, qui peuvent, éventuellement, correspondre à un coup d’Etat mené par le président Saied.

Dans ce contexte, il a estimé que la Tunisie a été dans une situation, diplomatiquement beaucoup plus rassurante, rappelant que l’ambassadrice de la Tunisie aux Etats-Unis s’est retrouvée dans une situation délicate vu le nombre de dossiers en suspens auxquels elle doit s’attaquer. Encore faut-il noter que les Etats-Unis n’ont pas encore nommé un ambassadeur en Tunisie. Ce qui présage, selon l’invité de l’émission Expresso, la dépréciation de la valeur de la Tunisie aux yeux de l’administration américaine et une éventuelle complication des rapports  diplomatiques bilatéraux dans les mois qui viennent.

A ce titre, il a exclu l’éventualité d’un soutien américain à la Tunisie, à l’image des dix dernières années. Cela sera de nature à affecter négativement les rapports de la Tunisie avec les bailleurs de fonds internationaux, particulièrement le Fonds monétaire international (FMI).

Au sujet des rapports diplomatiques entre la Tunisie et ses voisins l’Algérie et le Maroc, Youssef Chérif a révélé que la situation de la Tunisie est, certes, embarrassante et critique, et il semble préférable de soutenir la partie algérienne, vu les rapports contigus et historiques entre les deux pays.

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

Communiqués

Le secteur des assurances: Un levier de croissance dans la relance économique post-Covid 

Qui dit assurance, dit risque, sinistre, aléa, mais aussi  garantie, et épargne. Bref, une soupape de sécurité offerte aux individus, aux entreprises et à l’économie nationale. Or, selon le dernier rapport annuel du Comité général des assurances 2019, le tunisien ne dépense en moyenne que 47.8 dinars en assurance vie et 158.4 dinars en produits d’assurance non vie. La prime moyenne par habitant demeure, malgré les légères augmentations enregistrées ces […]

today23 novembre 2021

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%