Opinions

ولكم سديد النظر

todaymai 14, 2022

Arrière-plan
share close

Chiffre du jour : Le flux des investissements internationaux en Tunisie a atteint 596 M TND fin mars 2022, en augmentation de 73% par rapport à la même période un an auparavant (344,6 M TND). Il est à rappeler que le flux des investissements étrangers a atteint le montant de 884 MTND pour les premiers 4 mois de 2019, soit une baisse de 33% entre l’année 2019 et 2022.

 

Les investissements directs étrangers (IDE), qui composent la quasi-totalité des investissements internationaux, ont atteint 592,7 M TND, en hausse de 73,4% par rapport au premier trimestre 2021 (341,9 M TND).

 

Les investissements de portefeuille (en bourse) restent marginaux (3,3 M TND) mais sont également en hausse (+22% par rapport à fin mars 2021).

 

Sur le plan sectoriel, la hausse des investissements internationaux concerne notamment les services (de 38,3 M TND à 271,7 M TND fin mars 2022) et l’industrie manufacturière (+14,4% pour atteindre 183 M TND).

 

Les investissements à destination du secteur agricole restent très modestes (300 000 TND à fin mars 2022) mais enregistrent également une hausse de 66,7% en comparaison avec le premier trimestre 2021.

 

En revanche, les investissements dans le secteur énergétique ont diminué de 4% pour s’établir à 137,8 M TND au premier trimestre 2022.

 

Quand l’Egypte et le Maroc ont anticipé sur les effets de la relocalisation d’entreprises européennes dans le bassin méditerranéen, en attirant les IDE européens installés en Ukraine et en Russie, chez eux, à Tanger ou au Caire… la Tunisie n’a encore rien entrepris en matière de stratégie et d’action concrète pour l’attraction de ce flux d’investissement colossal.

 

Un investisseur important m’a jeté au visage il y a quelques jours : “ Tunisia is becoming a Land of broken dreams”. Ça fait mal… et pourtant on peut encore réussir !

 

Les IDE emploient en Tunisie plus de 300 000 salariés, certains sont très gourmands en ingénieurs et techniciens de pointe.

 

Ne perdons pas le Nord et agissons afin de rendre cette terre tunisienne accueillante envers ces investissements productifs, par une stabilité accrue, politique, institutionnelle, juridique, fiscale, sociale,… sinon nos jeunes partirons au Nord et les investissements ailleurs et notre terre devient aride.

 

Walakom sadid annadhar.

Écrit par: Zaineb Basti


Article précédent

A la une

Imed Zammit : La CTN doit être dotée de l’autonomie financière

Le PDG de la Compagnie tunisienne de navigation (CTN), Imed Zammit, a déclaré ce samedi 14 mai 2022, lors de sa présence dans l’émission Ligne Rouge que la numérisation est l’une des priorités de la Compagnie et qu’elle a besoin d’une indépendance financière. Le système de réservation suivi par la Compagnie lui a permis de réaliser 165 mille réservations et une recette de 140 millions de dinars. De même, ce […]

todaymai 14, 2022 1

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%