Express FM

Créateurs de Valeur

En ce moment

Titre

Artiste

Background

FTDES : La Tunisie n’est pas un pays sûr et Hichem Méchichi doit démissionner

Écrit par sur juin 10, 2021

Le Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux  (FTDES) a mis en garde, dans un communiqué publié ce jeudi 10 juin 2021, contre la normalisation avec l’impunité, la corruption et la violation des droits de l’Homme, en lançant un appel au peuple de s’indigner et de dénoncer ces pratiques à travers les moyens civiques pour réclamer le respect de leur liberté et de leur dignité.

Le FTDES a également considéré que “la Tunisie n’est pas un pays sûr”, et ce concernant la vidéo qui circule depuis la veille sur les réseaux sociaux montrant un jeune adolescent brutalement agressé et déshabillé par les agents de police à Sidi Hssin. 

“Ces pratiques ne doivent pas surprendre. Il ne s’agit nullement d’un cas isolé dès lors qu’il fait partie d’une longue liste d’infractions commises  lors de l’arrestation des suspects et notamment dans les centres de détention..”, d’après le même  communiqué.

Le Forum tunisien des droits économiques et sociaux a souligné que la responsabilité de cette violence policière, incombe aussi bien au Président de la République, qu’au chef du gouvernement, sa ceinture parlementaire et au Président de l’ARP, qui n’ont pas réagi face aux dépassements commis par les forces de l’ordre notamment dans les événements du mois de janvier. Il a exprimé à cet effet, sa solidarité avec les victimes de ces violences et de ces atteintes aux droits de l’Homme, en faisant appel à la poursuite en justice nationale et internationale de toutes les personnes et les parties impliquées dans ces crimes.

Le chef du gouvernement et ministre de l’intérieur par intérim, Hichem Méchichi, doit démissionner selon le communiqué du FTDES, pour amortir le volume des dégâts enregistrés par la Tunisie dans tous les secteurs depuis sa nomination à la tête du gouvernement en septembre 2020. 

Le FTDES a  tenu à exprimer dans le même contexte, sa déception face à l’attitude du pouvoir judiciaire concernant l’examen et le traitement de ces dossiers, en ajoutant que la justice doit agir avec plus de rigueur pour défendre les victimes et sanctionner les corrompus.