L’euro recule face au dollar après le confinement durci en Europe et avant l’intervention de Powell

Écrit par sur mars 23, 2021

Sur la place de Tunis, la monnaie unique est traitée à 3.3050 tandis que le billet vert s’échange à 2.7750 respectivement contre le dinar tunisien. La paire phare se négocie quant à elle sur le Forex à 1.1875 avec un plus haut intraday à 1.1940.

La monnaie unique recule en début de séance ce mardi, affectée par la perspective d’une prolongation du confinement dans une bonne part de l’Europe continentale, qui pourrait compromettre le rebond de l’activité économique attendu au deuxième trimestre.

Le sentiment de marché est également affecté par la montée des tensions diplomatiques et commerciales entre la Chine et l’Occident et par la nouvelle tempête financière en Turquie après le limogeage du gouverneur de la banque centrale par le président turc, Recep Tayyip Erdogan.

Alors que la France voit s’envoler les chiffres des hospitalisations et des placements en services de soins intensifs, en Allemagne, la chancelière Angela Merkel, évoquant une situation « très grave », a annoncé que les mesures de confinement dans le pays seraient prolongées jusqu’au 18 avril, une période qui inclut le long week-end de Pâques. Le patronat allemand a mis en garde mardi contre un risque d’explosion des défaillances d’entreprise.

Au Royaume-Uni, si la vaccination progresse rapidement, l’heure n’est pas non plus au relâchement, le ministre de la Santé évoquant la possibilité d’une amende de 5.000 livres pour toute personne voyageant à l’étranger avant fin juin.

Cette mauvaise nouvelle fait passer au second plan le repli du taux de chômage du Royaume Uni, de 5,1% en décembre 2020 à 5,0% en janvier, qui met une fois de plus en évidence les effets positifs du programme de chômage partiel.

Ces nouvelles l’emportent largement sur le ton plutôt optimiste choisi lundi par Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, et Janet Yellen, la secrétaire au Trésor, sur les perspectives d’évolution de l’économie américaine, avant leur audition au Congrès. Janet Yellen a évoqué la possibilité d’un retour au plein emploi l’an prochain tandis que Jerome Powell jugeait que la reprise, plus rapide qu’anticipé, était en train de se renforcer.

Par ailleurs, l’administration Biden pourrait envisager un nouveau plan d’investissements publics dont le montant global se situerait entre 3.000 et 4.000 milliards de dollars.

Les cambistes se focalisent aussi ce mardi sur l’audition de M. Powell qui aura lieu à 16H00 GMT.

Pour l’instant, Powell insiste plutôt sur la nécessité de relancer l’économie: dans un discours publié lundi et préparé pour son audition, il relève néanmoins que des secteurs, comme ceux de l’hôtellerie et la restauration, les plus touchés par la résurgence du virus à l’automne et par la nécessité de maintenir la distanciation physique, restent faibles. Il a aussi souligné que le taux de chômage demeure élevé, à 6,2%, d’autant qu’il est sous-estimé en raison de personnes ayant quitté le marché du travail.

Lors de son intervention aux côtés de la secrétaire au Trésor Janet Yellen, ils vont probablement défendre la nécessité de leur politique monétaire et budgétaire étant donné l’ampleur de la crise, estiment les experts.

Le marché pétrolier amplifie son repli, les dernières nouvelles de la crise sanitaire en Europe continentale alimentant les craintes sur la demande et les prix. Le Brent abandonne 1,59% à 63,59 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate) cède 1,54% à 60,61 dollars.


En ce moment

Titre

Artiste

Background