A la une

Abdelhamid Jelassi : L’ancien système sera recyclé et reviendra en force sur la scène politique, à moins que …

todayoctobre 29, 2021

Arrière-plan
share close

L’ancien dirigeant du Mouvement Ennahdha, Abdelhamid Jelassi, a exprimé son inquiétude quant aux répercussions des erreurs redondantes commises par le président Saied; des erreurs qui seront une autre chance offerte gratuitement à l’ancien système de revenir sur la scène politique après l’échec de ce coup d’Etat.
“Kais Saied a raté l’opportunité du 25 juillet, et il sera responsable de cet échec cuisant” a-t-il dit, ajoutant que les mesures du 25 juillet ont révélé la médiocrité de la scène associative et politique en Tunisie, estimant que la prochaine étape sera une étape des initiatives de sauvetage.
Une question mérite d’être posée : “Qui a conduit le pays à cet état de déception donnant lieu au 25 juillet ?”, s’est-il interrogé, faisant allusion au Mouvement Ennahdha, à Nidaâ Tounes, à l’UGTT, et aux médias.
Selon ses dires, le coup d’Etat a pourri davantage la scène politique et il était possible de l’esquiver. Sauf que le président Saied n’est à l’écoute de personne et qu’il a des handicaps en ce qui concerne les affaires internationales, outre le fait qu’il incite les gens à s’entretuer. “Et le voilà en train de rater une précieuse opportunité pour que la Tunisie aille de l’avant”.
En effet, Kais Saied peut encore se rattraper en acceptant d’entrer en dialogue et de discuter de l’avenir de la Tunisie. Sinon, l’avortement de ce coup d’Etat, sera inéluctable.

“Des responsables d’Ennahdha et de Nidaâ Tounes doivent assumer leur responsabilité »

Jelassi a indiqué, lors de son passage dans l’émission Expresso du 29 octobre 2021, que le même système reviendra sur scène avec les mêmes promesses creuses et les mêmes outils, en profitant des erreures de Saied, dont notamment certaines personnalités appartenant au Mouvement Ennahdha et à Nidaâ Tounes, qui devront, en principe assumer leur intégrale responsabilité de la détérioration de l’état du pays entre 2015 et 2019.
C’est à cause de ces derniers que la Révolution a été tuée dans l’oeuf, précisant que les militants du mouvement Ennahdha ne sont que victimes, ajoutant que certains discours tentent de faire assumer Saied la responsabilité en essayant de profiter de ses erreurs pour revenir au pouvoir.

“La démission du Mouvement Ennahdha ne vaut pas démission des affaires publiques”

L’ancien dirigeant du Mouvement Ennahdha a précisé que sa démission du Mouvement ne signifie pas qu’il va démissionner de l’affaire publique. D’ailleurs, des rencontres entre les démissionnaires d’Ennahdha ont été organisées pour diagnostiquer l’état des lieux du travail des partis politiques, estimant qu’il existe un grand fossé entre le volet intellectuel et substantiel d’une part, et le travail politique d’autre part, outre le fossé entre le côté moral et éthique d’un côté et le politique d’un autre côté.
Il a considéré que l’initiative “Nouveaux Horizons”, aura pour objectif de procéder à une mise au point, une évaluation du travail politique durant ces dix dernières années, pour décider ensuite si le pays aura besoin d’une nouvelle vision et expression politique.
Et d’ajouter que les démissionnaires du Mouvement Ennahdha ont adopté une approche critique quant au système des partis politiques et du travail des associations et des organisations nationales, ainsi qu’une position critique du nihilisme réfractaire aux rôles de tout intermédiaire. Selon lui, l’approche du président Kais Saied n’est pas valable et que la scène politique ne s’est pas améliorée après le 25 juillet.
“Nous ne sommes pas hantés par l’idée du nouveau parti. Ceci dit, rien ne nous interdit ou nous n’empêche de fonder un nouveau parti’, a affirmé l’ancien dirigeant du Mouvement Ennahdha.
Et de poursuivre que le dialogue est ouvert durant les 8 prochains mois et qu’ils comptent sur les jeunes, les femmes, et les compétences de prendre la décision la plus opportune.

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

حمادي التيزاوي

A la une

Hamadi Tizaoui : Le secteur agricole est garant de la sécurité alimentaire et levier de l’économie régionale

Le spécialiste en développement et professeur universitaire, Hamadi Tizaoui, a affirmé aujourd'hui, le 28 octobre 2021, que le secteur agricole est encore stratégique, puisqu’il est le garant de la sécurité alimentaire du peuple tunisien.  Lors de sa présence dans l’émission Expresso, il a rappelé que l'approvisionnement des produits alimentaires s’est poursuivi durant la crise sanitaire grâce au secteur agricole, et ce, malgré la fermeture des frontières. Selon lui, c’est plutôt […]

todayoctobre 28, 2021

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%