A la une

Abdellatif Mekki : Le gouvernement de Najla Bouden est dépourvu de toute légitimité

today11 octobre 2021 1

Arrière-plan
share close

“C’est un gouvernement formé en dehors des normes constitutionnelles, dans le cadre d’un régime autocratique où le président Saied détient tous les pouvoirs”. C’est ainsi que l’ancien ministre de la santé et ancien dirigeant démissionnaire du Mouvement Ennahdha, Abdellatif Mekki, a commenté la formation du nouveau gouvernement de Najla Bouden.

Ce gouvernement dépourvu de toute légitimité n’a, de surcroît, aucun programme à mettre en action. Mekki a considéré, lors de sa présence dans l’émission Hdith Esse3a, que les discours de Najla Bouden et de Kais Saied prononcés lors de la cérémonie de prestation de serment, ne sont que des illusions, de déclarations qui se rapprochent des livres verts, en l’absence de toute vision économique.

D’ailleurs, d’après Abdellatif Mekki, la nomination de Bouden vise à séduire l’opinion publique et couvrir l’usurpation des pouvoirs par Kais Saied. Au fait, la lutte contre la corruption doit s’inscrire dans le cadre d’un plan méthodique clair et passe par le pouvoir judiciaire et les lois. 

D’habitude, le ministre exécute certaines politiques et n’est pas un simple technicien. “Le nouveau gouvernement ressemble à une deuxième classe des administratifs”, a t-il qualifié la composition du nouveau gouvernement, en insistant sur l’importance de la coloration politique qui doit imprégner le gouvernement pour qu’il soit doté d’un pouvoir décisionnel.

Il a ajouté dans ce sens que le président Saied n’est pas habilité à dominer la scène politique, particulièrement en l’absence d’un cabinet de conseillers dans le domaine des politiques publiques à Carthage.

Formation du gouvernement et levée des mesures d’assignation à résidence : Une réaction au communiqué du ministère des affaires étrangères américain

La levée des mesures polémiques d’assignation à résidence, ainsi que l’annonce de la composition du gouvernement n’étaient qu’une réponse au communiqué du ministère des affaires étrangères américaines, notant : “Certaines refusent l’ingérence étrangère en Tunisie. Et pourtant, ils s’y soumettent”.

Mekki a estimé qu’il aurait été préférable d’organiser un dialogue national impliquant toutes les parties pour éviter de telles ingérences et mettre en place un plan d’action dans le cadre d’une approche participative.

“Aujourd’hui, l’économie est la priorité des priorités en Tunisie. On ne peut pas faire bouger la roue économique et sauver le pays à la lumière de ces frictions et interminables scissions. Il faut que toutes les forces parviennent à trouver un consensus sur les réformes à entreprendre ainsi que sur les ressources nécessaires pour les concrétiser”, a suggéré Abdellatif Mekki.

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

A la une

Radhia Jerbi : Malgré la forte représentativité de la femme dans le gouvernement de Bouden, le principe de la parité n’a pas été respecté

La présidente de l’Union nationale de la femme tunisienne, Radhia Jerbi, s’est félicitée de la formation d’un gouvernement marqué par la forte présence de la femme à la tête de plusieurs ministères phares, à côté de la nomination de Najla Bouden pour diriger cette équipe gouvernementale, 12 jours après sa désignation par le président Kais Saied. Radhia Jerbi a considéré que ce gouvernement rompt avec le passé, du moment où […]

today11 octobre 2021 2


Articles similaires

A la une

La Tunisie détecte son premier cas du variant Omicron

Le ministre de la santé publique, Ali Mrabet, a annoncé, ce vendredi 3 décembre 2021, qu’un premier cas de contamination à Omicron a été détecté aujourd’hui en Tunisie. Dans une déclaration accordée à la Télévision nationale, Mrabet a indiqué que le premier cas de contamination à Omicron est un jeune […]

today3 décembre 2021

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%