A la une

Hichem Elloumi : La forme et la méthode d’organisation du dialogue national sont encore inconnues

today05/04/2022 121

Arrière-plan
share close

Le vice-président de l’UTICA, Hichem Elloumi, s’est exprimé aujourd’hui, le 5 avril 2022, lors de sa présence dans l’émission Expresso, sur la dernière rencontre du président de la République, Kais Saied, avec une délégation de la centrale patronale, considérant que cette rencontre est un message de rassurance envers la famille des affaires.

Cette rencontre s’inscrit, selon lui, dans un contexte économique marqué par la grande anxiété et crainte exprimées par les hommes d’affaires et les investisseurs en Tunisie.

La forme du dialogue attendu et la méthode de son organisation sont encore inconnues

Elloumi a rappelé que la stabilité et la clarté de la vision sont des facteurs déterminants pour l’investisseur, notant que l’UTICA oeuvre pour préserver le tissu entrepreneurial en dépit de la crise accrue que traverse l’économie tunisienne.

L’invité de l’émission Expresso a exprimé le soutien de l’UTICA au programme du président Kais Saied, appelant à instaurer un climat de stabilité et à éviter l’anarchie.

Dans ce sens, il a ajouté que la forme du dialogue attendu et la méthode de son organisation sont encore inconnues. 

Il n’y a pas de coordination suffisante entre les ministères et les mesures annoncées ne sont que des titres

Ce dialogue sera avec les organisations nationales, d’après notre invité. L’UTICA est prête à y participer et à présenter sa vision économique.

L’accent a été mis sur le manque de coordination entre les ministères, soulignant que les propositions du ministre de l’économie semblent pertinentes. Or, concrètement, la coordination avec les autres ministères n’est pas suffisante.

Le vice-président de l’UTICA a abordé les répercussions de la guerre en Ukraine sur la Tunisie et sur l’économie mondiale, et notamment sur la hausse des prix des carburants et des produits de base, considérant que la situation de la Tunisie est assez vulnérable suite à la dégradation de sa note souveraine. Ce qui nécessite des mesures urgentes.

Selon lui, les dernières mesures urgentes annoncées par le gouvernement pour la dynamisation de l’économie doivent être explicitées davantage et faire l’objet d’une coordination entre les ministères.

Il n’est pas concevable d’infliger la peine d’emprisonnement à  ces personnes..

L’invité de l’émission Expresso a souligné la nécessité d’intégrer l’économie parallèle dans l’économie formelle et de lutter contre la contrebande. Il est revenu sur les dernières campagnes ciblant le secteur formel, considérant que celles-ci ne sont pas admissibles.

Il a appelé dans ce contexte à trouver des solutions au secteur informel à travers l’intégration des activités non déclarées dans le cycle économique.

Et d’ajouter qu’il n’est pas concevable d’infliger la peine d’emprisonnement aux commerçants et industriels en cas de dépassement de la capacité de stockage légalement autorisée.

Il a appelé à encourager l’exportation, étant l’un des dynamos de l’économie nationale, mettant l’accent sur l’article 52 de la loi de finances qui paralyse les activités des sociétés de commerce international et affecte le rythme d’exportation.

Le vice-président de l’UTICA a poursuivi que le secteur privé se mobilise pour créer de l’emploi, booster l’investissement et le développement en Tunisie.


A lire aussi : Abid Briki : Nous avons besoin d’un consensus et je ne pense pas qu’il convient d’exclure les partis politiques du dialogue national

Écrit par: Islam Sassi



0%