A la une

L’investissement dans le secteur de la cybersécurité en Tunisie est assez faible malgré la prise de conscience de son importance.

today22 octobre 2021

Arrière-plan
share close

Le président du Comité d’organisation de la 7ème édition du Forum International DSI, a fait savoir, ce vendredi 22 octobre 2021, qu’une étude a montré qu’il y a bel et bien une conscience développée quant à l’importance de la cybersécurité, et que le problème est principalement lié à sa mise en oeuvre, qui demeure bien au dessous du niveau requis, et ce, vu l’absence de stratégies au niveau des sociétés et aux investissements limités dans ce domaine.

Naceur Kchaou, a ajouté lors de sa présence dans l’émission Expresso, dans le cadre de la couverture spéciale du Forum DSI,  que plusieurs questions relatives aux problèmes confrontés par le citoyen ayant trait à la numérisation, notant que des recommandations seront présentées à l’issue de ce Forum, pour assurer le suivi de leur application d’ici l’année prochaine.

Ibrahim Ben Romdhane, le gérant de la société Gérance Informatique , a indiqué que les attaques cybernétiques ont atteint leur apogée durant la crise sanitaire, vu le recours au télétravail et le confinement général marquant cette période.

Selon lui, la société Gérance informatique a été de plus en plus sollicitée durant la crise pandémique avec l’augmentation de la demande des entreprises soucieuses de leur sécurité informatique, et ce, par rapport à la période pré-Covid.

Pour sa part, Jamel Lassouad, directeur technique de la société Paloalto spécialiste en matière de sécurité cybernétique, a fait savoir que l’investissement dans ce secteur en Tunisie n’a pas évolué pendant la crise sanitaire, et ce, malgré la conscience de l’importance de cette question.

D’après ses dires, le coût des cyberattaques est estimé à 500 milliards de dollars, à travers le monde, appelant à mettre la question de la cybersécurité en tête de liste des priorités des entreprises en Tunisie.

Lors de son intervention dans l’émission Expresso, Moez Hammami, fondateur de la société Quantylix, a mis l’accent sur le rôle joué par les directeurs des systèmes informatiques dans les mutations qu’avait subi le monde suite à la crise sanitaire et l’importance de la consolidation de la numérisation et le recours au télétravail. Et d’ajouter que la probabilité de faire face à une nouvelle vague pandémique est considérable . Ce qui suppose la mise en place de stratégies pour anticiper ces éventuels impacts économiques, et particulièrement sur le renouveau du rôle des systèmes informatiques.

    

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

Communiqués

Inédit: Plongez dans une expérience inoubliable dans le désert tunisien !

Le projet se concrétise enfin ! SKYS, le premier événement de saut en parachute civil dans l'histoire de la Tunisie, fait ses valises et prépare son séjour à Tozeur. A l’occasion d’une conférence de presse organisée par Unisky Area représentée par Hedi ABADA, parachutiste-entraîneur tunisien et fondateur du projet Skys, en partenariat avec l’Ecole Canadienne de Parachutisme VOLTIGE et le soutien de la Chambre Nationale du Transport Touristique, et ce, en […]

today22 octobre 2021 1


Articles similaires

A la une

La Tunisie détecte son premier cas du variant Omicron

Le ministre de la santé publique, Ali Mrabet, a annoncé, ce vendredi 3 décembre 2021, qu’un premier cas de contamination à Omicron a été détecté aujourd’hui en Tunisie. Dans une déclaration accordée à la Télévision nationale, Mrabet a indiqué que le premier cas de contamination à Omicron est un jeune […]

today3 décembre 2021

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%