A la une

Mourad Messaoudi : 500 autres magistrats seront tour à tour révoqués

today21/06/2022 76

Background
share close

Le président de l’Association des jeunes magistrats, Mourad Messaoudi, s’est exprimé, aujourd’hui, le 21 juin 2022,  lors de sa présence dans l’émission Hdith Esse3a, sur le limogeage de 57 magistrats par le président Saied, niant que cette révocation soit justifiée par des dépassements de nature disciplinaire ou pénale commis par ces magistrats comme le prétend le président de la République.

Il a également nié, dans ce sens, les rumeurs selon lesquelles il a été convoqué par le ministère de la justice à cet effet.

Selon lui, la révocation du président et du vice-président a pour objectif de faire taire l’association des jeunes magistrats, soulignant que toutes les pratiques et les décisions du président s’inscrivent dans un contexte de l’état de fait.

Messaoudi a déclaré que Kais Saied mène à chaque fois une campagne de diffamation et de dénigrement ciblant les représentants des institutions de l’Etat avant de les dissoudre, comme c’était le cas pour le Parlement et le Conseil supérieur de la magistrature. Ainsi, le peuple accepte sans réserves les décisions de dissolution. D’ailleurs, le président suivra la même stratégie pour mettre la main sur les autres secteurs et les médias.

D’autres mesures d’escalade seront bientôt prises pour contester l’interventionnisme du président, selon le magistrat limogé, ajoutant que le président Saied n’est pas du genre des personnes qui s’excusent et admettent leurs erreurs.

“Les juges sont ouverts au dialogue”, assure-t-il.

Messaoudi a révélé que 500 autres magistrats seront tour à tour révoqués. Il a fait savoir, dans ce sens, que la ministre de la justice a exhorté les tribunaux à annuler la grève au risque de révoquer les magistrats grévistes.

En effet, le président Saied ne veut pas réformer la justice. Il est plutôt en train de démolir l’appareil judiciaire, d’après lui, soulignant que la réforme passe par la numérisation, l’amélioration de l’infrastructure des tribunaux et l’augmentation du nombre des magistrats.

Commentant le communiqué de l’Ordre national des avocats considérant que la grève des magistrats est illégitime, il a indiqué que le bâtonnier des avocats est politisé et se contredit, à l’image du président de la République.

Dans la même veine, il a signalé que la grève ne sera suspendue que si le président Saied se rétracte et abroge le décret loi portant révocation des 57 magistrats.

Sur un autre plan, il a estimé que le projet de la nouvelle Constitution est ridicule et que le Parlement ne sera qu’un bureau de poste chargé de réceptionner les lois proposées, voire imposées par le président de la République.

Au sujet de la démission du magistrat membre de l’ISIE, Messaoudi a affirmé que ce dernier a subi des pressions, saluant son courage et son audace.

“La grève des magistrats ne prendra fin que si le président Saied s’excuse et renonce à sa décision relative à la révocation des magistrats”, a-t-il poursuivi.

A lire aussi : Ferchichi : Plus de 50 mille infractions économiques relevées depuis début janvier 2022

Written by: Islam Sassi



0%