A la une

Youssef Cherif : La Russie va utiliser ses bases militaires dans la Libye et la Syrie pour faire pression sur l’Occident

todayfévrier 28, 2022

Arrière-plan
share close

Le chercheur en relations internationales et directeur du Centre de l’université de l’Université de Columbia en Tunisie, Youssef Cherif, a dit que le conflit russe-ukrainien remonte à la dislocation de l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) au début des années 90.

Lors de sa présence dans le programme Expresso du 28 février 2022, Cherif a dit que plusieurs dirigeants dont Vladimir Poutine étaient contre cette dislocation, dans la mesure où l’Ukraine était la deuxième puissance économique et militaire de l’URSS. Après avoir quitté l’URSS, l’Ukraine a tenté d’adhérer à l’OTAN. Ce qui est inacceptable selon la Russie.

Cette attitude de l’Ukraine est l’une des causes indirectes de cette guerre, outre la montée des tensions en Russie, les difficultés économiques que connaît le pays et la longévité de Vladimir Poutine à la tête de la Russie.

L’invité du programme Expresso a noté que cette invasion russe de l’Ukraine s’explique par les attaques ciblant la minorité russophone d’Ukraine.

La flambée du prix des carburant et des céréales est la première conséquence directe de cette guerre. Il est à rappeler que le rouble russe a chuté de près de 30% jusqu’à ce matin.

D’après ses dires, la guerre Russie-Ukraine n’aura pas d’incidences directes sur la Tunisie. 

L’accent a été également mis sur le rôle de la Libye sera décisive dans cette guerre, car la Russie peut utiliser ses bases militaires en Syrie et en Libye pour faire pression sur l’Occident.

Et d’ajouter que les discussions entre l’Ukraine et la Russie ne seront reprises qu’à défaut d’autres solutions, soulignant que l’OTAN et les pays occidentaux soutiennent politiquement et logistiquement l’Ukraine.

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

A la une

Jribi : L’affluence baisse de jour en jour dans les centres de vaccination et l’épidémie n’est pas finie!

Dr Chokri Jribi, membre de la campagne nationale de vaccination contre le coronavirus, a déclaré ce lundi 28 février 2022, que le taux de vaccination est très faible et baisse de jour en jour. Cette régression s’explique, selon l’invité du programme Expresso, par le recul de l’épidémie. Les tunisiens pensent aussi que le variant Omicron est moins inoffensif que les autres variants vu le faible taux de mortalité. L’invité du […]

todayfévrier 28, 2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%