Actualités

Baisse des bénéfices des propriétaires de cafés d’au moins 50 %

today01/11/2023 22

Arrière-plan
share close

Le porte-parole officiel de la Chambre syndicale nationale des patrons de café, Sadri Ben Azouz, a affirmé, mercredi 1er novembre 2023, que les propriétaires de cafés sont confrontés à de grandes difficultés depuis la crise du Covid-19, car il s’agit d’un des secteurs les plus touchés, selon lui.
Lors de son intervention à l’émission « Hdith Fel Business », Ben Azouz que les prix des matières premières ont connu une augmentation suite à la décision de la Chambre de Commerce d’augmenter le prix du café à 19.800 millimes au lieu de 14.900, en plus du manque de la pénurie du café, ce qui a obligé les professionnels à fournir des marques de café très chères.

Certains cafés ont fermé leurs portes
En effet, il a estimé que les prix du café ont augmenté au niveau mondial et que cela ne concerne pas uniquement la Tunisie.
Selon lui, certains commerçants ont profité de la crise pour augmenter les prix, ajoutant que certains propriétaires de cafés ont été contraints de fermer en raison des perturbations dans l’approvisionnement en matières premières telles que le café, le lait, le sucre et autres.

Il a, également, souligné que les bénéfices des propriétaires de cafés ont diminué d’au moins 50 %, en particulier après les augmentations des prix des matières premières, des prix de location des magasins et des prix de l’électricité et de l’eau ces dernières années.

Par conséquent, il a appelé à la nécessité de préserver ces petites entreprises et de les pousser à résister à ces circonstances difficiles, d’autant plus que plus de 2.000 cafés ont fermé leurs portes à cause de la crise du Covid19, sur un total de 20.000 cafés en Tunisie offrant plus de 120 000 emplois.

Rééchelonner les dettes
Ben Azzouz a souligné la nécessité de trouver des solutions au niveau des recettes de finances, des municipalités et des fonds sociaux pour rééchelonner les dettes des propriétaires de cafés.

D’après lui, les propriétaires de cafés sont aujourd’hui confrontés à des problèmes majeurs pour facturer leurs achats et prouver la valeur de leurs bénéfices, après leur intégration dans le régime réel au lieu du régime forfaitaire.

L’invité a souligné que les propriétaires de cafés seraient contraints d’augmenter leurs prix si les prix des matières premières augmentaient encore plus.

Écrit par: Yosra Gaaloul



0%