A la une

Harak du 25 Juillet : Période d’essai précédente… et date des élections présidentielles en 2027

today18/01/2024 85

Background
share close

Le parti « Harak du 25 Juillet » a annoncé, jeudi 18 janvier 2024, son refus d’organiser des élections présidentielles d’ici la fin de l’année en cours. Le parti appelle le président de la République à continuer son mandat jusqu’à la fin de l’année 2027, selon les déclarations de Mahmoud Ben Mabrouk, le secrétaire général du parti, lors d’un atelier sur l’activité d’investissement.

Il a, en effet, considéré que la tenue d’élections présidentielles en octobre 2024 est contraire aux dispositions de la Constitution du 25 Juillet 2022, qui, selon lui, est la seule référence constitutionnelle pour fixer la date des élections. Ben Mabrouk a ajouté que la présidence de Kais Saied avant le 25 Juillet est une période d’essai, et les délais légaux du mandat présidentiel commencent à la date de promulgation de la Constitution du 25 Juillet.
Il a, en effet, lancé une demande au président du pays de continuer à gouverner pour poursuivre l’ouverture des dossiers liés à la corruption et réparer ce qu’il considère comme des dégâts causés à l’État.

Par ailleurs, Ben Mabrouk a appelé le président à enquêter sur les dossiers de corruption impliquant des dirigeants de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), en particulier le secrétaire général de l’organisation, Noureddine Taboubi. Il a, également, insisté sur la nécessité d’activer le principe de pluralité syndicale en impliquant d’autres organisations syndicales, telles que l’Union Syndicale des Travailleurs Tunisiens.

En ce qui concerne le travail du gouvernement, le secrétaire général du parti « Harak du 25 Juillet », Mahmoud Ben Mabrouk, a appelé à accélérer la réalisation d’un remaniement ministériel pour combler les lacunes dans certains ministères, tels que la formation professionnelle et l’emploi, l’industrie, et le ministère de l’Économie et de la Planification. Il a, également, posé des questions par rapport au rôle des ministres et des responsables gouvernementaux dans la résolution des dossiers en suspens, soulignant les défaillances dans l’exécution de leurs devoirs.
Ben Mabrouk a, par ailleurs, interpellé la ministre du Commerce, attirant l’attention sur les lacunes dans les structures du ministère pour lutter contre la monopolisation. Il a, aussi, averti de l’existence d’un lobby cherchant à frapper le citoyen tunisien dans sa vie quotidienne en vidant le marché de produits alimentaires de base, en particulier au début du mois de Ramadan.

(Oussama Hakiri)

Written by: Sarra Ben Omrane



0%