A la une

Khalfallah alerte sur la contrebande de carburant en Tunisie, préconise des subventions équitables

today24/01/2024 38

Arrière-plan
share close

Ezzedine Khalfallah, expert international en énergie et ancien directeur général de l’Agence nationale de maîtrise de l’énergie, a souligné le 24 janvier 2024 que les prix des carburants en Libye figurent parmi les plus bas au monde. Il a noté qu’en Libye, le prix du litre est de 100 millimes, comparé à 2520 millimes en Tunisie, ce qui pourrait encourager la contrebande.

Il a précisément indiqué que l’impact négatif sur l’économie tunisienne résulte de l’achat de contrebande sans le paiement des taxes appropriées. « Même avec un prix de 2520 millimes par litre, il a souligné que ce tarif est subventionné par l’État », a-t-il ajouté.

Contrebande de carburant, subventions, et enjeux économiques en Tunisie et en Libye

Dans son intervention à l’émission Expresso, Khalfallah a indiqué que la Libye a envisagé de supprimer les subventions aux carburants, mais n’a pas encore mis cette mesure en œuvre. Il a souligné que le discours en Libye se concentre toujours sur la substitution des subventions plutôt que sur leur suppression directe.

Khalfallah a soutenu que mettre fin à la contrebande serait bénéfique pour la Tunisie en termes de recettes fiscales, car les mêmes quantités pourraient être vendues légalement par les canaux réguliers. Il a souligné que le prix d’achat pour la Tunisie est de 2160, notant que la société STIR est responsable de l’achat des produits pétroliers.
Il a, en effet, avancé que la Tunisie possède la capacité d’importer ces quantités et de les stocker dans les divers dépôts répartis à travers le pays.
Il a en effet noté que la Tunisie affiche un bénéfice du côté des taxes, mais présente un déficit en ce qui concerne les subventions.
Khalfallah a souligné avec insistance que les subventions devraient être ciblées en faveur des personnes dans le besoin, critiquant le fait qu’actuellement, elles sont plutôt orientées vers les individus plus fortunés.

Khalfallah a souligné avec insistance que les subventions devraient être ciblées en faveur des personnes dans le besoin, critiquant le fait qu’actuellement, elles sont plutôt orientées vers les individus plus fortunés.

 

Écrit par: Sarra Ben Omrane



0%