Actualités

Mohsen Nabti : Tout favoritisme au niveau du traitement des dossiers de corrpution fera échouer le processus du 25 juillet

todayoctobre 27, 2021

Arrière-plan
share close

Le porte-parole du Courant populaire, Mohsen Nabti, a indiqué que les mesures du 25 juillet représentent une issue à la crise politique, et ont été prises en dehors du système de 2011, ouvrant ainsi de nouveaux horizons aux tunisiens. Ces mesures ont été dictées par la gravité de la situation et non pas une option. Autrement dit, le 25 juillet a été un tournant inévitable.

“J’ai participé aux élections. Et je remercie Dieu parce que j’ai échoué. Les élections ont été transformés en un marché d’achat et de vente des tunisiens”, a dit Nabti, lors de sa présence dans le programme Hdith Esse3a, critiquant la position de certains partis politiques, imaginant à l’époque que la révocation de Rached Ghannouchi va affaiblir le Mouvement Ennahdha en estimant que la situation pourrait s’améliorer par la suite, une fois Ennahdha leur cède une partie du pouvoir. “Dès que Rached Ghannouchi leur fera signe pour prendre leur part  du gâteau, ils y seront nombreux”, a ajouté l’invité de l’émission Hdith Esse3a.

Les prérogatives du président de la République, Kais Saied, sont fixées par le décret n°117 du 22 septembre 2021, selon lequel, il n’est pas obligé de discuter avec quiconque avant de prendre n’importe quelle décision.

Il a considéré que la supervision de cette période transitionnelle par le président Saied est dans l’intérêt du pays, car tout le monde rêve de régner, tandis que ce qui est déterminant est l’objectif de cette course vers le pouvoir et non pas les modalités d’atteindre ce pouvoir.

D’après ses dires,on ne doit juger le processus du 25 juillet qu’à la lumière de ses résultats et réalisations, considérant que si ces objectifs sont réalisés, ça sera une nouvelle étape dans l’histoire de la Tunisie. 

Le porte-parole du Courant populaire a souligné que le président Saied et l’équipe gouvernementale doivent prendre une série de mesures exceptionnelles pour sauver l’économie, et rassurer les tunisiens en dissipant les ombres de la faillite et de la famine.

Sur un autre plan, il a ajouté que de nombreux dossiers de corruption sont délaissés dans les tribunaux et qu’il est urgent de les examiner, notant que les affaires de corruption doivent être traitées d’une manière égalitaire, sans faveur. Et de poursuivre que certains politiciens tentent de faire croire que l’examen de certains dossiers relatifs à la corruption et au terrorisme est fait pour des considérations politiques, faisant allusion dans ce sens au Mouvement Ennahdha.

Au sujet de l’appareil secret d’Ennahdha, l’invité de Walid Ben Rhouma, a considéré que ce dossier touche la sécurité nationale et est lié à l’assassinat de Mohamed Brahmi, insistant sur la nécessité d’ouvrir ce dossier pour abolir l’ancien système. Et d’enchaîner que le président Saied n’est pas un homme de réconciliation ou de revanche, puisqu’il ne les a pas choisis bien que ces dossiers lui aient été soumis. Toutefois, le dossier de l’appareil secret  exige la mobilisation de tout le système du moment où Kais Saied ne peut pas, seul, faire face à ces dossiers.

 

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

A la une

Salah Amamou : Les produits artisanaux, appréciés par le tunisien, dépassent malheureusement son pouvoir d’achat

Au micro de Wassim Belarbi, le président de la Fédération nationale de l’artisanat,  Salah Amammou, a dit aujourd’hui, le 27 octobre 2021, que la fragmentation du secteur de l’artisanat en Tunisie, relevant de la compétences de plusieurs ministères, a marginalisé ce secteur, qui n’est plus un secteur stratégique, quoi qu’il représente l’identité tunisienne. Selon lui, le secteur traverse beaucoup de difficultés notamment avec les ministères du commerce et du tourisme, […]

todayoctobre 27, 2021

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%