Actualités

Néji Jalloul : L’Islam politique n’est plus viable en Tunisie et il faut rompre avec l’héritage du 7 Novembre et des Frères pour pouvoir aller de l’avant

today10 septembre 2021

Arrière-plan
share close

Lors de son passage dans l’émission Expresso du 10 septembre 2021, l’ancien ministre de l’éducation et président du parti de la coalition nationale, Néji Jalloul, a dénoncé la hausse  du nombre des écoles privées en Tunisie, rappelant qu’il avait contribué à la restauration de près de 4 mille écoles, en dépit de la modestie des moyens du ministère,  et qu’il avait supprimé les 25% du baccalauréat et mis en place un nouveau système régissant les activités culturelles, à côté du recyclage des enseignants.

Il a fait remarquer qu’il avait proposé la langue anglaise comme une deuxième langue officielle de la Tunisie, sauf qu’il avait été confronté par plusieurs parties, qu’il baptisait “ le groupe francophone”.

En effet, l’anglais est la deuxième langue la plus utilisée dans le monde. “Ceux qui se sont opposés à cette proposition vont assumer tôt ou tard leur responsabilité historique”, a-t-il confié.

D’ailleurs, l’élite tunisienne semble, d’après Jalloul,  à la marge du vingt-et-unième siècle. Et de poursuivre que certaines réformes doivent être entamées à l’instar de la numérisation de l’administration,  la mise en place d’une nouvelle stratégie de lutte contre la corruption, notant que l’instance de lutte contre la corruption n’a jamais assumé ce rôle. 

“On ne peut pas lutter contre la corruption en faisant appel à un État impliqué dans la corruption”, a-t-il encore souligné.

L’invité du programme Expresso a aussi fait allusion à ce qu’il a appelé “ le phénomène de diabolisation”, ayant déjà ciblé les hommes d’affaires, les politiciens et les journalistes, ajoutant que la société doit être égale à elle-même pour pouvoir avancer.

L’Islam politique n’est plus, selon ses dires, et il n’est plus à même de coexister avec les autres mouvements dans les pays arabes.

“ La mentalité des Frères musulmans n’est pas adaptée ni adaptable en Tunisie, et si le mouvement Ennahdha, envisage le cas échéant revenir au pouvoir, il doit adopter une nouvelle vision et faire le point sur ses erreurs du passé”, a-t-il assuré.

Et d’ajouter qu’il faut dorénavant rompre avec le passé et l’héritage du 7 novembre et de celui des Frères, afin de construire une nouvelle Tunisie plus prospère..

Écrit par: Islam


Article précédent

ناجي جلول

A la une

Neji Jalloul : Il appartient au peuple tunisien de choisir son nouveau régime politique

Invité sur les ondes d’Express Fm, Neji Jalloul,  président et fondateur du parti de la coalition nationale tunisienne, a dit ce vendredi 10 septembre 2021, que des tentatives de réformes éducatives ont été engagées par des gouvernements qui n'y croient pas, étant des gouvernements politiques dépourvus des moyens matériels nécessaires pour entamer et mettre en place lesdites réformes. "J'ai défendu un nouveau plan de réformes quand j'étais ministre de l'éducation. […]

today10 septembre 2021

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%