A la une

Saloua Abdelkhalak : Malgré la richesse du patrimoine, l’investissement dans le secteur culturel est assez faible

today2 novembre 2021

Arrière-plan
share close

La directrice générale du Centre international de Tunis pour l’économie culturelle numérique, Saloua Abdelkhalek, a indiqué que le marché culturel national est très limité, malgré la richesse du patrimoine culturel tunisien et l’expertise et la compétence des jeunes tunisiens.

L’invitée de l’émission Ecomag a souligné que la volonté politique doit s’orienter vers activer l’activation de l’approche stratégique suivie par l’Etat lors de la création du Centre international de Tunis pour l’économie numérique, appelant dans ce sens les ministères à interagir et à collaborer pour mettre en oeuvre cette approche, à travers notamment l’autorisation des moyens de paiement électronique internationalement reconnus.

Saloua Abdelkhalak a mis l’accent sur la contribution du secteur culturel dans le PIB de certains pays, comme le Liban (7% du PIB) , l’Egypte, et d’autres pays africains à l’instar de la Nigérie. En Tunisie, sa contribution ne dépasse pas 1%, une contribution, assez faible et inférieure à la moyenne mondiale (3%).

Le secteur culturel et la production cinématographique sont subventionnés par l’Etat. Cependant, l’investissement culturel est encore modeste et sa relance dépend aussi bien de l’Etat que du secteur privé. Selon elle, la culture a encore une coloration sociale en Tunisie, et doit être classée parmi les secteurs productifs pour que ses acteurs puissent bénéficier des privilèges dont bénéficient ceux travaillant dans les secteurs productifs.

Pour sa part, l’écrivain Chiran Abderazak a déclaré que le ministère de la culture contrôle le secteur culturel depuis les années 60, évoquant  les problématiques liées par les droits d’auteurs et la propriété intellectuelle. 

Dans le même sens, Salwa Adelkhalak a expliqué que le respect des droits d’auteurs dépasse le rôle de l’Etat et concerne tout le système et toutes les institutions intervenantes.

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

A la une

Mohamed Salah Ayari : La concurrence sur le marché local sera déloyale!

Le conseiller fiscal, Mohamed Salah Ayari, a fait savoir, ce mardi 2 novembre 2021,  lors de son passage dans l’émission Ecomag, que les mesures fiscales contenues par le premier draft du projet de loi de finances 2022, ont été déjà prévues  par les projets de lois de finances de 2020 et de 2021 et retirées ensuite par l’ARP de la version finale desdites lois de finances. Parmi ces mesures, il […]

today2 novembre 2021 2

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%