A la une

Bassem Ennaifer: 7,5% des Tunisiens perçoivent des salaires supérieurs à mille dinars

today01/04/2024 15

Arrière-plan
share close

L’analyste financier, Bassem Ennaifer a affirmé que seulement 7,5% des Tunisiens perçoivent des salaires supérieurs à mille dinars.

Analysant, au micro d’Expresso, l’enquête emploi et salaires auprès des entreprises en 2022, réalisée par l’Institut national de la statistique (INS), ce lundi 1er avril 2024, Ennaifer a expliqué que le salaire de base moyen équivaut à deux fois le salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig).

Et d’ajouter que salaire est « faible » en vue de la hausse du coût de la vie et « explique les difficultés financières des Tunisiens ».

Il a précisé que ceci émane des choix stratégiques des années 70 visant à faire du pays une destination à main d’œuvre pas chère, faisant savoir que les augmentations salariales n’ont pas suivi la hausse considérable des prix enregistrée depuis une dizaine d’année.

« Les salaires du secteur public ont nettement augmenté, mais ce n’est pas le cas pour le secteur privé », a-t-il dit.

Ennaifer a, également, indiqué que les salaires en Tunisie attirent certes les investissements, précisant que les investisseurs prennent tout de même en compte d’autres indices, à l’instar du coût social et fiscal.

Il est à noter que l’INS a publié les résultats de l’Enquête Emploi et Salaires auprès des Entreprises en 2022, qui a affirmé que le salaire de base moyen versé aux permanents est de 924 dinars.

Le salaire moyen est compris entre 726 dinars et 2.605 dinars, selon le secteur d’activité et les catégories professionnelles : les salaires des cadres varient entre 1.138 dinars et 3.258 dinars, ceux des professions intermédiaires entre 765 dinars et 2.304 dinars, ceux des employés entre 682 dinars et 1.857 dinars, alors que les salaires moyens des ouvriers varient entre 519 dinars et 1.112 dinars.

Selon l’enquête, les salaires du secteur des activités financières et d’assurance sont les meilleures, toutes catégories professionnelles confondues.

Écrit par: Meher Kacem



0%