A la une

Challenges pressants : Les nouveaux ministres tunisiens et l’urgence d’une adaptation rapide

today26/01/2024 21

Arrière-plan
share close

Chakib Ben Mustapha, expert économique et membre de l’organisation CONECT, a affirmé, vendredi 26 janvier 2024, que les nouveaux ministres de l’économie, de l’énergie et de l’emploi sont confrontés à d’importants dossiers qui exigent d’eux une adaptation rapide.

Lors de son intervention à l’émission Expresso, Ben Mustapha a exprimé son point de vue selon lequel les nouveaux ministres n’ont guère de temps pour s’adapter aux enjeux qui les attendent. Il a également salué la nomination d’un secrétaire d’État chargé de la transition énergétique au sein du ministère de l’Énergie, considérant cela comme une indication de l’importance accordée à ce sujet au sein du ministère.

Ministère de l’Énergie

Chakib Ben Mustapha a souligné l’expérience de la nouvelle ministre de l’Énergie, Fatma Thabet, et a estimé que celle-ci serait un atout précieux pour une gestion plus efficace du ministère.
Néanmoins, il a souligné la difficulté de la tâche, notamment en ce qui concerne l’industrie, étant donné que ce secteur en Tunisie est en déclin depuis environ quinze ans. Il a rappelé que le plan de développement économique et social projette une augmentation de la part de l’investissement privé de 50 à 66 % entre 2023 et 2026.
En ce qui concerne la transition énergétique, il a mis en avant l’opportunité d’avoir un secrétaire d’État jeune et spécialisé dans ce domaine.
Il a également mis en lumière la complexité de ce secteur, en particulier le fait que selon ses dires, la moitié du déficit commercial de la Tunisie provient de l’énergie.
Il a souligné la stratégie gouvernementale visant à ce que, d’ici 2030, 35 % de la production de la STEG provienne des énergies renouvelables.
En ce qui concerne le secteur minier, Ben Mustapha a souligné que le plan de développement prévoit une production en Tunisie de 5 millions de tonnes l’année dernière, 8 millions de tonnes en 2024 et 12 millions de tonnes en 2025. Cependant, il a noté que les chiffres réels sont nettement inférieurs à ces prévisions.
D’après lui, il est essentiel que le gouvernement développe une vision globale par rapport à ce dossier.

Ministère de l’Économie

Pour ce qui est du ministère de l’Économie, il a souligné que la principale préoccupation est de restaurer l’attrait pour l’investissement. Il a mis en évidence qu’un projet avait été présenté en février dernier, mais n’avait pas été finalisé.
Il a également mentionné la préparation d’un nouveau code d’hydrocarbures visant à stimuler les investissements dans ce secteur, mais selon ses dires, il est resté sans suite.
« Une tâche immense de coordination incombe désormais au nouveau ministère de l’Économie », a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, il a mis en avant la récente nomination d’un secrétaire d’État chargé des petites et moyennes entreprises, une nouveauté étant donné que traditionnellement la supervision des PME relevait du ministère de l’Industrie, surtout en considération de la situation délicate des PME suite à la crise du Covid.

Ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle

En ce qui concerne le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Ben Mustapha a noté que le récemment nommé ministre est un expert dans le domaine de la formation professionnelle. Selon lui, ce ministère revêt une importance cruciale, nécessitant d’importants investissements, notamment face à plusieurs défis tels que l’adaptation au nouveau cadre en Tunisie. Cela implique la formation d’une main-d’œuvre qualifiée, destinée à la migration ou à la satisfaction des besoins nationaux. « Cet équilibre entre les deux exigences demande un investissement conséquent et la mobilisation de ressources », a-t-il ajouté.
« D’une manière générale, il est nécessaire de se préparer au nouveau paradigme en Tunisie, qui comprend le passage au management 4.0 et l’accent mis sur l’augmentation de la valeur », a-t-il poursuivi.

Rappelons que le président de la République, Kaïs Saïed, a nommé mercredi 24 janvier 2024 trois nouveaux ministres, à savoir Feryel Werghi Sabai, ministre de l’Économie et de la Planification, Fatima Thabet Chiboub, ministre de l’Industrie, des Mines et de l’Énergie, et Lotfi Dhiab, ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

 

Écrit par: Sarra Ben Omrane



0%