A la une

Amine Ben Ayed : Les chefs d’entreprises s’attendent à un programme de développement économique clair

today14 octobre 2021

Arrière-plan
share close

Amine Ben Ayed, membre du bureau exécutif de l’Institut arabe des chefs d’entreprise, a déclaré au micro de Wassim Belarbi, que le plus grand défi du gouvernement de Bouden à court terme, est l’élaboration de la loi de finances complémentaires 2021 et la loi de finances 2022, qui représentent des indicateurs importants et décisifs pour les chefs d’entreprises dont les demandes riment avec les orientations du président Saied, l’appelant à aller de l’avant dans le processus de réforme structurelle pour stimuler le développement.

L’invité du programme Expresso a appelé la cheffe du gouvernement à rassurer les chefs d’entreprises et à présenter un programme clair du gouvernement, insistant sur l’importance que le pouvoir exécutif soit unifié.

Revenant sur le taux de croissance prévu par la Banque Mondiale et estimé à 3% au titre de l’année 2021, il a ajouté que cela révèle la dangerosité de la situation économique dans le pays, et que l’enregistrement d’un taux de développement positif requiert au moins 3 années.

Il faut rappeler que, selon son premier bulletin d’information économique de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA)  intitulé « Excès de confiance: Comment des défaillances économiques et sanitaires ont laissé la région MENA face à la Covid-19 », la Banque Mondiale (BM) prévoit que le PIB de la Tunisie devrait augmenter de 2,9% en 2021, après s’être contracté de 11,5% en 2020. Elle  a également prévu une hausse du PIB per capita, étant l’un des indicateurs les plus efficaces pour mesurer le développement du pays, de 0.4% en 2021 après avoir baissé de 13.6% en 2020, sans qu’il n’atteigne en dépit de cette légère hausse, celui enregistré en 2019, soit 4.3%. 

Ben Ayed a signalé que les deux volets politique et économique sont indissociables du moment où le politique est un moyen d’administration des affaires publiques qui doit être au service de l’économie.

Et de considérer que les principales demandes des chefs d’entreprises sont principalement liées à l’amélioration des services administratifs et la révision de la réglementation de change, la lutte contre les réseaux parallèles et la contrebande, et l’économie de rente pour la création de la richesse, appelant dans le même contexte à annuler le système de licence et la libéralisation de l’activité économique.

Écrit par: Islam


Article précédent

A la une

Ridha Gouia : Le gouvernement doit s’orienter vers le marché intérieur pour combler le déficit budgétaire

L’économiste Ridha Gouia a dit que la Tunisie a dépassé la période du vide gouvernemental et que cet événement doit être félicité après deux mois d’attente et de tâtonnement. Il a considéré à cet égard, que le gouvernement prendra en charge tous les enjeux de l’heure, soulignant que de grands dossiers sont sur la table des membres de l’équipe de Bouden. Il a indiqué que le taux de développement n’a […]

today13 octobre 2021

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%