A la une

Romdhane Ben Amor : Nous avons besoin d’un véritable dialogue national et d’une volonté politique sincère

today14 janvier 2022

Arrière-plan
share close

Romdhane Ben Amor, porte-parole du Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES), a déclaré, ce vendredi 14 janvier 2022, que la célébration de l’anniversaire de la Révolution est le droit de tous les tunisiens.

Lors de sa présence dans l’émission Hdith Esse3a, Ben Amor a considéré qu’il n’est pas acceptable que le président Saied accapare le pouvoir après le 25 juillet, rappelant que ceux qui ont été à la tête du pouvoir après la révolution n’étaient pas à l’écoute des revendications du peuple et se souciaient d’autres causes qui intéressent peu le peuple.

Il a ajouté que l’année 2021 était une année exceptionnelle à tous les niveaux, en raison de la crise sanitaire et les soulèvements populaires qui étaient à leur apogée depuis 2015, avec plus de 12 mille mouvements protestataires.

Nous avons besoin d’un véritable dialogue

“C’est à cause de la classe politique qui a émergé après la révolution que nous avons atteint cette situation”, a-t-il affirmé, ajoutant qu’il n’est pas concevable de remplacer le système politique par une vision ambiguë qui s’articule autour des individus et non les groupes et les organisations. Ce modèle “démocratique proposé” suscite tant de craintes.

D’ailleurs nous avons besoin d’un véritable dialogue national inclusif qui réunit toutes les parties politiques, civiles et démocratiques, pour faire sortir la Tunisie de l’oeil du cyclone.

Selon lui, la dictature, l’autocratie, et le dogmatisme ne peuvent pas être les voies du développement économique et social. Encore faut-il garantir les droits fondamentaux du citoyen dans le cadre d’un régime équitable et équilibré et ce, en dépit de la modestie des moyens de l’Etat.

Nous avons besoin d’un projet réel de sauvetage et d’une volonté sincère

“Malgré ce paysage politique pourri, il faut espérer et aspirer à ce que la Tunisie dépasse cette crise, avec la concentration des efforts et l’union de tous les tunisiens, car un individu ne peut pas, seul, mener le pays à bon port”, a-t-il assuré.

L’invité de l’émission Hdith Esse3a a souligné que l’Etat tunisien est un Etat répressif, inéquitable qui gère mal ses ressources et les met à la disposition de certaines catégories au détriment du peuple tunisien. Ce qui  explique certains phénomènes comme l’évasion fiscale et la corruption.

D’après lui, le pays a besoin d’un projet de sauvetage et une volonté réelle qui rompt avec les anciens systèmes économiques et sociaux. Il est important de liquider l’héritage du passé, poursuivre les corrompus, et entamer un chantier de réformes. Sinon, la prochaine décennie sera plus dure que la décennie écoulée et la Tunisie risquera ainsi le scénario libanais ou grecque.

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

Communiqués

Le dernier EQ1 de Chery définit les nouveaux véhicules électriques miniatures

Le dernier EQ1 de Chery vient d’être lancé en Chine. Lancé pour la première fois en 2017, EQ1 est devenu un des mini-véhicules électriques les plus populaires de Chine. Après une évolution de plusieurs générations, sa vente s’est élevée à plus de 200 000 en quatre ans, en tête du classement de vente cumulée des automobiles de prix similaires. Le dernier EQ1 lancé cette fois-ci a connu une amélioration complète […]

today14 janvier 2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%