A la une

Boudriga : Les tunisiens doivent emboiter les pas des supporters sportifs et lancer une « Latkha » pour sauver leur pays

todayfévrier 18, 2022

Arrière-plan
share close

Le président du Cercle des financiers, Abdelkader Boudriga, a regretté que la Tunise se trouve obligée de passer par l’étroite voie du Fonds monétaire international (FMI) pour pouvoir sortir sur les marchés internationaux. En effet, il semble que l’objectif ultime de la Tunisie consiste dans la conclusion d’un accord avec le FMI, d’autant plus que les financements bilatéraux sont aussi tributaires de la conclusion dudit accord.

Invité du plateau de l’émission Eco-Mag, Boudriga a fait remarquer que le recours à l’endettement réduit considérablement le budget d’investissement. 

Dans ce contexte, Boudriga a indiqué que le volume des dettes publiques dans le monde est estimé à 250 trillions de dollars.

Au sujet des réformes à engager, Boudriga a souligné que les acteurs économiques et politiques doivent trouver un consensus  même si lesdites réformes seront très douloureuses, signalant que l’attachement à des idées et stratégies qui remontent aux années  70 est une quête périlleuse. Il faut par contre penser à la création de la richesse, à faire bouger la roue économique en impliquant toutes les parties concernées.

“Le véritable enjeu n’est pas la conclusion d’un accord avec le FMI, mais plutôt la restructuration de l’économie nationale”, a-t-il noté avant d’ajouter qu’ il serait de bon aloi que le financement soit tuniso-tunisien, faisant allusion à l’initiative lancée par les supporters du CA baptisée “Latkha”, pour aider leur club à payer ses dettes auprès de la FIFA. 

Il a appelé les tunisiens à s’engager dans des initiatives visant à sauver l’économie tunisienne en emboitant les pas de ces supporters, pour peu qu’ils aient foi en l’avenir, tout le monde doit être impliqué dans cette initiative y compris les banques, les entreprises et les individus.

Quant au rééchelonnement de la dette et le recours au Club de Paris, le président du Cercle des financiers a estimé que les conditions qui seront imposées par le Club de Paris cadrent mal avec la vision de la Tunisie.

A lire aussi : Ghazi Moalla : L’implantation d’une raffinerie de pétrole libyen en Tunisie requiert une décision politique

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

A la une

Ghazi Moalla : L’implantation d’une raffinerie de pétrole libyen en Tunisie requiert une décision politique

L’analyste politique et expert des affaires libyennes,  Ghazi Moalla, a indiqué ce vendredi 18 février 2022, que plusieurs facteurs étaient à l’origine de l’annulation des élections en Libye, dont notamment le fait que la classe politique n’est pas assez consciente et convaincue que la direction du pays passe par le scrutin. De même, les gens estiment encore qu’il existe d’autres voies légitimes pour régner outre celle des élections. Lors de […]

todayfévrier 18, 2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%