Actualités

Deep technology; l’université devrait s’ouvrir sur le secteur industriel…

today09/10/2023 23

Background
share close

La première responsable de l’initiative « Open Startup » Houda Ghozzi, a déclaré, lundi 9 octobre 2023, que l’initiative privée représente une tendance qui date de plus de 30 ans dans le monde se basant sur la création de nouvelles idées dont l’entrepreneuriat dans le domaine scientifique, qui se caractérise par sa complexité, en particulier l’entrepreneuriat dans le domaine de la technologie profonde  Deep technology“.

Lors de son intervention à l’émission Expresso, dans le cadre d’une couverture spéciale des activités de la manifestation « Brain», qui s’est caractérisée par une forte présence tunisienne et africaine, Ghozzi a affirmé que cette manifestation œuvre à activer un dialogue mutuel africain dans le domaine des technologies profondes et de l’entrepreneuriat.

Elle a, également, considéré que le partenariat entre les pays africains est la meilleure solution pour promouvoir l’entrepreneuriat dans le domaine des technologies modernes.

Elle a, aussi, appelé les universités et les laboratoires de recherche à s’ouvrir sur le secteur industriel, afin de favoriser la création de projets, de créer de la richesse et de faire progresser l’entrepreneuriat dans le domaine aussi bien dans le domaine de la recherche ainsi que dans le domaine professionnel. Elle a, également, souligné la nécessité de travailler sur le plan législatif pour pousser cette tendance, en plus d’offrir davantage de garanties pour la protection de la propriété intellectuelle.

Pour sa part, Dina  Cherif, directrice exécutive du Legatum Center for Development and Entrepreneurship de l’Université MIT, a déclaré que l’université mise sur le domaine des technologies profondes et surtout lorsqu’il s’agit de sa capacité à résoudre les problèmes dont souffre le continent africain, à l’instar de les problèmes des secteurs de l’environnement et des transports.

Cherif a ajouté que le lancement des startups repose sur des études et des recherches scientifiques et nécessite du temps et des ressources financières importantes, pour que ces entreprises portent leurs fruits et apportent des solutions radicales aux problèmes soulevés sur le continent africain.

Elle a, aussi, souligné le succès obtenu par l’expérience du startup « InstaDeep », estimant que si la Tunisie aspire à devenir un pôle technologique profond, il est nécessaire d’avoir une réelle volonté politique et de pousser l’investissement dans la recherche scientifique.

L’invitéeconclu son intervention par mettre en évidence les réalisation du chercheur d’origine tunisienne, Monji Baoundi, ayant remporté le prix Nobel de chimie pour l’année 2023.

Written by: Yosra Gaaloul



0%