A la une

Feriel Ouerghi : Notre politique économique n’est plus créatrice d’emplois

today14 janvier 2022 2

Arrière-plan
share close

Invitée du plateau de l’émission Expresso, Feriel Ouerghi, experte et universitaire, a rappelé que la Tunisie vit  une crise économique aiguë comparable à celle de la crise des années 80. A cette époque, les autorités tunisiennes ont procédé à la libération des prix, du commerce international et à la restructuration des entreprises publiques.

Ouerghi a indiqué que ces mesures ont été fructueuses et ont contribué à l’amortissement de la crise économique. Pour renforcer ces mesures, le législateur a prévu des lois incitant à l’investissement, à l’instar de la loi 72.

La politique économique actuelle n’est plus apte à créer des emplois

Le modèle économique des sociétés extraterritoriales (offshore) et des entreprises opérant sur le marché local est épuisé et n’est plus capable de créer des postes d’emploi et d’intégrer les chômeurs.

Cela s’explique, selon elle, par la marginalisation des entreprises actives dans le marché local puisque ces entreprises  n’ont pas pu évoluer, engendrant ainsi une crise socio-économique entre les années 2000 et 2010. 

Nous avons besoin d’une politique économique qui crée de la valeur ajoutée

En effet, la révision de la politique économique actuelle ne signifie pas son rejet catégorique et l’instauration d’une nouvelle politique. Il faut, en revanche, encourager les secteurs prospères et l’exportation, en les incitant à créer de la valeur ajoutée et améliorer la qualité de leurs produits. Ce qui sera de nature à renforcer la compétitivité de ce secteur et à faire bouger la roue économique.

Des craintes sérieuses de l’augmentation du taux de pauvreté en Tunisie

L’experte et universitaire Feriel Ouerghi a également exprimé sa crainte de l’augmentation du taux de pauvreté  et la dégradation de la qualité des services publics (éducation, santé, sécurité alimentaire). Ces indices suscitent la crainte et doivent être pris en considération par les autorités pour  trouver des solutions économiques à la hauteur des attentes de la société.

A lire aussi :  Houssin Rhili : Les chiffres officiels sont erronés et la moitié des tunisiens sont pauvres

Écrit par: Islam Sassi


Article précédent

A la une

L’association tunisienne pour la gouvernance fiscale appelle à la suspension de l’application de l’article 52 de la loi de finances 2022

L’association tunisienne pour la gouvernance fiscale (ATGF) a appelé, dans un communiqué rendu public le 13 janvier 2022, le ministère des finances à suspendre l’application de l’article 52 de la loi de finances pour l'exercice 2022, relatif à l’annulation du régime suspensif de la TVA pour les sociétés du commerce international et les entreprises de services exportatrices, jusqu’à la réalisation d’une étude de l’impact de cette mesure sur les entreprises […]

today13 janvier 2022 1

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%