A la une

Haykel Mekki : Le Parlement ne reprendra pas ses activités et Kais Saied ne sera pas un dictateur

today18 août 2021

Arrière-plan
share close

Le dirigeant du Mouvement Achaâb, Haykel Meki, a affirmé aujourd’hui, mercredi 18 août 2021, que le président de la République, Kais Saied, adopte une autre vision politique, différente de celle retenue par les partis politiques.

Selon lui, le Parlement ne doit pas reprendre ses activités dans la mesure où de nombreux députés sont impliqués dans des affaires de corruption et de terrorisme. Des lois “sur mesure” ont été adoptées sous le dôme du Parlement pour servir les intérêts de ces personnes, dont notamment la loi n°38 et la loi sur le recrutement des ouvriers des chantiers.  

Et de poursuivre que le Parlement était au service des intérêts du Mouvement Ennahdha et non pas pour représenter le peuple tunisien. Il était de surcroît un stratagème pour s’endetter et vendre le pays. Le retour de ces manœuvres mettra en péril les acquis historiques du 25 juillet 2021.

Mekki a considéré que le peuple dispose de nouveau de son pays, de l’Etat tunisien, et il ne le confiera plus de nouveau aux lobbies, notant que le président de la République, Kais Saied, n’est pas un projet de dictateur, puisqu’il croit aux droits, aux libertés et à l’Etat de droit.

L’invité de l’émission Expresso a également indiqué que des personnes profanes doivent conduire cette étape, à l’image du nouveau gouverneur de Bizerte, Samir Abdellaoui. Ces nominations inaugure une nouvelle étape de réconciliation entre le peuple et l’Etat tunisien.

Concernant les décisions d’interdiction de voyage, Haykel Mekki a déclaré qu’elles ont été prises pour que « les voleurs ne prennent pas la fuite et quittent le pays », précisant qu’elles ne constituent en aucun une limitation des libertés.

Et d’ajouter que la nomination d’un chef du gouvernement ne va pas tarder. D’ailleurs, « il existe bel et bien un chef de l’Etat à la tête du pouvoir exécutif pour diriger le pays », a-t-il indiqué avant de préciser que le prochain chef du gouvernement sera, à vrai dire, un premier ministre.

Écrit par: Islam


Article précédent

A la une

Abdelkader Boudriga : L’endettement extérieur est une alternative quasi-impossible à défaut d’un accord avec le FMI

Le président du Cercle des financiers tunisiens, Abdelkader Boudriga, s’est exprimé aujourd’hui, le 18 août 2021, sur la crise financière en Tunisie engendrée par le déficit budgétaire de l’Etat tout au long de ces dernières années. D’après l’invité de l’émission Expresso, ce déficit pourra être comblé soit à travers l’endettement extérieur ou intérieur, soit à travers l’inflation monétaire, sachant que le taux d’inflation enregistré au mois de juillet est passé […]

today18 août 2021


0%